500 F pour le whisky : le soldat camerounais corrompu a pris la main à la poche [VIDEO]

0

• Une affaire de 500fcfa au cœur du drame de Buéa

• Des vidéos circulent sur internet du gendarme demandant 500 francs à la dame

• Un numéro vert à portée de la population pour signaler tout acte de corruption commis par des hommes en uniforme.

La corruption orchestrée par des hommes en uniforme sur les routes camerounaises n’est plus démontrable. Plusieurs vidéos et images ont circulé sur internet montrant qu’assez de policiers et gendarmes ont reçu la modique somme de 500 FCFA des chauffeurs et conducteurs d’engins. Cette situation alarme la population, qui crie aux intimidations de la police.

Des sources indiquent que dans les tristes événements de Buea, le gendarme aurait demandé au chauffeur 500F le droit de passage. Une demande qui a été rejetée, suivie du tragique incident dans lequel Caroline la fillette de 3 ans a été tuée. Une version différente de celle du ministre de la Défense.

Même si le refus de payer 500 fcfa aux gendarmes n’est pas le motif prédominant dans la fusillade de la voiture, il circule encore sur la toile avec des vidéos soutenant les gendarmes obligeant voiture et motards à leur donner 500 fcfa pour leur « Whisky ». Sinon, les hommes en uniforme les laissaient traîner pendant des minutes et des heures ; si les conducteurs sont trop agacés, s’enfuient ou se précipitent sur eux ; ou carrément se disputer avec eux.

Une vidéo ci-dessous d’un gendarme filmé demandant de force à une dame 500 fcfa pour acheter du « Whiskey » pendant ses heures de travail. « Donnez le whisky au chef », lui dit-elle.

Bien que la femme lui dise qu’elle va déposer sa fille qui est déjà en retard à l’école et qu’elle lui rendra son argent à son retour. Il n’est pas convaincu par les paroles de la femme et lui dit qu’elle ne veut certainement pas que l’enfant aille à l’école à l’heure, sinon elle ne perdra pas de temps à se disputer avec lui.

Récemment, la Délégation à la Sûreté nationale a enregistré une série d’actes de violence contre des policiers et des gendarmes dans les rues à la suite d’intimidations de chauffeurs pour leur fameux « Whiskey ». Le gouvernement informé d’abus de pouvoir, de corruption, de torture d’hommes en uniforme sur les routes camerounaises a laissé un numéro vert à la portée de la population pour les dénoncer.

Abus de pouvoir, corruption, torture : appelez la gendarmerie

Le numéro vert, officiellement présenté par Sed à Yaoundé hier, a été appelé 600 fois depuis son lancement il y a un an.

Plus de 600 demandes de réclamation. Un taux de 70 % de cas d’exploitation concernent des actes de corruption, d’abus, de torture et d’exploitation commis par certains éléments de la Gendarmerie Nationale. Avec à la clé des sanctions disciplinaires sévères, dont plusieurs fonctionnaires qui ont été démis de leurs fonctions.

100 sanctions au total contre ces gendarmes malhonnêtes. Tel est le bilan de la première année de fonctionnement du numéro vert « 1501 », dressé par le chef d’escadron Georges Parfait Nana II, chef du poste de commandement opérationnel.

C’était à l’occasion du lancement de la campagne de vulgarisation du numéro 1501 hier à Yaoundé par Galax Etoga, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense (Sed), chargé de la Gendarmerie Nationale, en présence de plusieurs officiers supérieurs de la Gendarmerie nationale et le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption (CONAC), Dieudonné Massi Gams.

Après un an, le 1501 dédié à la lutte contre la corruption et la déviance au sein de la Gendarmerie nationale a fait ses preuves, mais cette petite révolution, initiée par Galax Etoga, a encore un long chemin à parcourir. Comme la Gendarmerie nationale est déterminée à œuvrer pour l’éradication des divers abus dans ses rangs, « promesse de préserver son image de marque. Elle ne vit pas à côté de la population, mais au sein de la population.

Et pour y parvenir, une bonne vulgarisation de ce numéro vert et ouvert au public 24h/24 et 7j/7 est indispensable. Il donne aux usagers, victimes d’abus commis par des gendarmes dans l’exercice de leurs fonctions, l’espace pour les exposer librement.

Comme l’a souligné Galax Etoga, la mise en place de ce numéro vert fait partie de l’action gouvernementale, en termes de promotion de la bonne gouvernance et de comportements moralisateurs dans la conduite des affaires publiques.

D’où l’exigence de discipline et de rigueur dans la répression des mauvais comportements. « Parce que les comportements déviants n’ont pas leur place au sein de la gendarmerie. Les gendarmes sont et doivent rester des modèles, tant dans le cadre de leurs activités qu’au sein de la population.

En fait, la discipline est le fondement de la mission du gendarme. C’est l’aiguillon de son engagement, librement et avec son consentement. Il doit le valoir », a martelé le patron de la gendarmerie nationale. Toujours selon Galax Etoga, depuis avril 2018 le nombre « 1501 » s’est ainsi ajouté à l’arsenal des mesures déjà prises en interne contre le personnel peu scrupuleux. Aujourd’hui, une campagne a lieu à Yaoundé pour montrer et distribuer des tracts au public.

Tribune du Cameroun.

#pour #whisky #soldat #camerounais #corrompu #pris #main #poche #VIDEO

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: