Affaire des villageois de Kribi : Bolloré risque gros aujourd’hui pour la justice française

0

• Bolloré est impliqué dans plusieurs dossiers avec des Camerounais

• La justice statuera dans l’une des affaires aujourd’hui

• Selon les indiscrétions de Rfi, Bolloré est à haut risque

C’est un dossier que l’homme d’affaires français Bolloré traîne comme un fer de lance depuis plusieurs mois. Et selon les informations, la justice française prendra une décision importante ce jour-là.

Depuis plusieurs mois, 145 villageois de la région de Kribi, dans le sud du Cameroun, ont saisi le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre, alléguant des dommages causés par les plantations de palmiers à huile de la Socapalm.
La délibération en la matière est pour aujourd’hui, selon ce que rapporte le site Rfi. « L’objectif de la délibération, vendredi 7 janvier prochain, est de permettre à la justice d’établir la responsabilité de Bolloré dans les activités de cette filiale camerounaise de la Socfin, la maison mère commune », souligne le média français.

« Prouver que les plantations camerounaises de la Socapalm appartiennent au groupe français Bolloré ou que la relation commerciale est établie, via la société mère luxembourgeoise Socfin, est l’objectif de l’avocat des 145 villageois camerounais. Maître Feodor Rilov a demandé en vain ces documents au groupe français », explique Rfi. à partir de

Selon les indiscrétions, la justice française est impitoyable envers son citoyen. On estime que les magistrats peuvent désormais contraindre Bolloré à fournir les documents nécessaires.

« C’est la première étape d’une procédure en responsabilité civile contre le groupe français », a expliqué l’avocat des plaignants. Son objectif : obtenir des réparations financières de Bolloré pour les habitants des plantations qui disent subir des « dommages quotidiens », comme la pollution des eaux. Même des réparations en nature, comme la restitution des terres où ils avaient leurs champs ou leurs tombes.

Rappelons que cette affaire, lancée à la fin de l’année dernière, diffère de l’affaire entamée en 2019 par dix ONG françaises, dont Sherpa, qui avait poursuivi Bolloré pour non-respect d’un contrat signé avec les villageois camerounais en 2013.

#Affaire #des #villageois #Kribi #Bolloré #risque #gros #aujourdhui #pour #justice #française

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: