Affaire Hilaire Ayissi : les organes du garçon enfin retrouvés

0

• Il y a une nouvelle tournure dans l’affaire Ayissi Hilaire

• Les résultats de l’autopsie sont disponibles

• Les organes du jeune n’ont pas été prélevés

Dans sa parution du 12 octobre 2021, le quotidien Echo Santé revient sur l’affaire Hilaire Ayissi, dans laquelle le directeur de l’hôpital central de Yaoundé a failli mourir. Le jeune Ayissi, en effet interné pour une blessure au dos, a subi au moins deux opérations dans des conditions peu orthodoxes. Ayissi est décédé, sa dépouille est présente selon les images diffusées par ses proches dans divers lieux d’ouvertures suspectes. Ces derniers accusent l’hôpital d’avoir volé les organes du jeune Hilaire. L’autopsie, réalisée en présence de la famille le 8 octobre, a mis un terme à l’incident. Tous les organes d’Ayissi Hilaire sont en place, selon le médecin légiste qui a pratiqué l’autopsie.

Le rapport d’autopsie de la famille du défunt, remis aux services compétents le lundi 11 octobre 2021, montre que tous les organes du jeune Hilaire Ayissi Mengue sont en place. Une nouvelle qui redonne l’image du Pr Joseph Fouda, Directeur de l’Hôpital Central de Yaoundé et de ses collaborateurs après la publication des résultats le 08 octobre 2021 en présence de la famille du défunt, experts du Ministère de la Santé Publique, de la Justice – et avocat de la famille », indique le journal.

Un hôpital notoire

A l’hôpital central de Yaoundé, Pierre Joseph Fouda a un parcours atypique. Depuis 2012, il a été nommé à la tête de cet hôpital, la structure hospitalière est passée de scandale en scandale. En 2016, alors qu’on attendait encore de mettre le nouveau directeur de l’hôpital central au pied du mur, un scandale secoue l’établissement qu’il dirige. Cinq bébés prématurés le 22 mars 2016 sont morts les uns après les autres.

Le directeur de l’hôpital central de Yaoundé, le Pr Joseph Fouda, est accusé de négligence et tente de blâmer les infirmières. Deux infirmières accusées d’avoir dit à la femme qui accouche de prendre soin d’elle-même seront punies.
En 2020, un scandale similaire frappera à nouveau l’hôpital central de Yaoundé. Christelle Ntsama accouche de quatre bébés à l’hôpital central de Yaoundé le 11 mai 2020. Les quadruplés prématurés mâle (deux) et femelle (deux) sont tous morts l’un après l’autre faute d’incubateurs. Dans l’opinion publique, Pierre Joseph Fouda, directeur de l’hôpital central, a été choisi car son hôpital a une forte réputation de négligence médicale.

Et comme si cela ne suffisait pas, la jeune mère en deuil est kidnappée pour une facture impayée pouvant aller jusqu’à 54 000 FCFA. Un fait devenu courant à l’hôpital central de Yaoundé, depuis l’arrivée de Pierre Joseph Fouda, une « cellule » a été mise en place pour recevoir les femmes qui ont accouché et qui ne peuvent payer leurs factures. Il y a quelques années, une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrait une dizaine de femmes allongées par terre avec leurs bébés dans cette cabine.

Pour de nombreux observateurs, l’affaire du trafic d’organes qui secoue l’hôpital central n’est donc que la goutte d’eau qui a brisé le chameau des frasques de Pierre Joseph Fouda à l’hôpital central de Yaoundé.

#Affaire #Hilaire #Ayissi #les #organes #garçon #enfin #retrouvés

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: