Autoroute Yaoundé-Nsimalen : de glissements de terrain en glissements de terrain

0

Les travaux sont arrêtés quatre jours avant la (nouvelle) échéance annoncée par Minhdu.

Caterpillar et d’autres grosses machines sont garées. Seuls les camions avec du sable et du gravier vont et viennent. Des tas de gravier et de sable dominent le paysage le long du chemin. Nous sommes dans le quartier Ahala, plus précisément au lieu dit « Premier échangeur » à Yaoundé. Ce lieu, encore en construction, est situé à 2000 mètres de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. C’est ici que débutent les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen. Il est presque 16 heures le 3 décembre 2021.

Le soleil se couche à l’horizon. À l’entrée de cette section en construction, une plaque indique : « Travaux. Pas d’accès ». Sauf que la consigne n’est pas respectée. Des taxis et des véhicules privés y circulent de temps en temps, faute de contournement. Au milieu de la route se trouve une bande noire qui sert de rond-point. Un peu plus loin là-bas soit : « le deuxième nœud » qui est dit presque terminé. Dans l’ensemble, le site le montre. Cependant, il faut se rapprocher pour voir que tout est encore en construction.

À quatre mètres du pont, une ligne d’environ 100 mètres jusqu’à l’asphalte est visible. Nous sommes arrivés sur place à 18h, aucun des lampadaires solaires installés le long de la route n’est allumé. À peine cinquante sur cent seraient fonctionnels, apprend-on. L’autre constat est que les odeurs de ciment et de goudron sont fortes sur le site. Signez que les travaux sont en cours. Et ce n’est pas tout.

Les véhicules visiblement cassés sur le site provoquent des embouteillages. Ils empêchent les sociétés de transport desservant l’axe Douala-Yaoundé de pouvoir exercer en toute tranquillité leurs activités lucratives. Tout le long de la future autoroute est couvert de poussière. Les travaux se poursuivent au lieu-dit « Borne 10 » dans le quartier d’Odza, mais la route n’est pas encore ouverte. Les cavités et crevasses de la zone indiquent que des travaux de remplissage restent à faire.

Face à ce constat, tout porte à croire que la cloche de la fin des travaux est loin de sonner. Or, lors de sa récente visite sur place, le 10 novembre, la ministre du Logement et de l’Urbanisme (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès, avait déclaré à la presse que « les seuls travaux qui restent à faire sont le raccordement de l’autoroute avec la nationale n°3. Cela veut dire que le 30 novembre ou le 10 décembre 2021 au plus tard, le site sera prêt et la route sera ouverte ».

Ce n’est pas le seul communiqué annonçant la fin des travaux sur cette autoroute. Le 20 juin 2021, le Minhdu avait confirmé lors d’une émission diffusée sur les antennes de la télévision nationale, Actualités Hebdo, que « nous ferons une descente fin septembre ou début octobre, afin qu’avec la Délégation générale à la Sécurité et tous les acteurs impliqués dans l’utilisation de cette route, nous pouvons être sûrs que toutes les conditions sont réunies pour que l’accueil ait lieu fin octobre, comme prévu par le comité de pilotage du projet ».

Pilotage

Des promesses en série, alors qu’il y a sept ans les termes du contrat semblaient clairs à la date de livraison du tronçon ouvert de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen. Il était prévu pour janvier 2020. Quatre jours avant ledit nouveau jour, soit le 10 décembre, des sources proches de Minhdu semblent vouloir passer la douane. «Ce n’est pas le ministre qui construit la route. Elle vient d’entendre ce que l’entreprise de construction lui a dit. Si les travaux ne sont pas terminés, c’est de leur faute », a déclaré une source au ministère.

Le 13 octobre, cependant, Célestine Ketcha Courtès a effectué une visite de travail sur les lieux. Elle a également déclaré qu’elle était satisfaite de l’avancement des travaux. L’autoroute Yaoundé-Nsimalen (tronçon ouvert) est longue de 10,8 km. Des contrats de construction sont signés depuis 2013. En 2014, les travaux d’un montant de plus de 100 milliards de francs CFA ont effectivement été lancés. Ce projet est réalisé par la « China Communication Construction Company », une entreprise chinoise.

Cette route, qui a été rendue jusqu’à présent, a subi plusieurs déraillements dans les dates de livraison, notamment en janvier 2020 et novembre 2021. La section ouverte de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen fait partie d’un projet d’autoroute de 23,1 km qui capitale du Cameroun. La mobilisation des financements pour le tronçon urbain, long d’un peu plus de 12,3 km, n’est pas achevée.

#Autoroute #YaoundéNsimalen #glissements #terrain #glissements #terrain

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire