Avenir du RDPC : des cadres du Sud poignardent Franck Biya dans le dos

0

• perturberait la mobilisation des associations de jeunes derrière Franck

• Cela dérangerait plusieurs cadres du sud qui rejettent cette jeunesse qu’ils voient d’un air sombre

• Paul Biya toujours, pas son fils, disaient-ils

Ce sont nos confrères des Echos « Politique » dans la publication de ce lundi 24 janvier 2022 qui donnent l’information à la une.

« Après la Lékié qui a demandé au président sortant de la République de se présenter à la présidentielle de 2025, toute la région sud vient de lui emboîter le pas. En signant un vote de soutien à un moment où l’on se rend compte aussi que les jeunes sont très mobilisés autour d’une future candidature autour de Franck Emmanuel Biya. La réaction de ce dernier reste inattendue », écrit notre confrère.

Franck Biya sort le grand jeu

L’homme est souvent visible dans les coulisses depuis maintenant plusieurs semaines. Selon nos sources, il tient des réunions avec des personnalités du pouvoir depuis plusieurs semaines. Pour ceux qui perçoivent le jeu de pouvoir politique dans lequel jouent les successeurs potentiels de Paul Biya, la visite de Franck Biya au jeune sultan des Bamoun Nabil Mbombo Njoya marque le passage de Franck Biya à la vitesse supérieure dans son projet de succession de son père à la tête du Cameroun .

Depuis quelques jours, des affiches circulent dans plusieurs villes du Cameroun invitant les Camerounais à soutenir la prochaine assemblée générale organisée par le mouvement franckiste le samedi 19 décembre. L’initiative du Mouvement, dont le fils aîné de Paul Biya serait inconnu, a reçu divers soutiens et a mobilisé des ressources financières qui lui permettront d’organiser dans les prochains jours une grande assemblée générale à laquelle plusieurs responsables sont attendus. Il est clair pour un observateur averti que le mouvement Franck Biya, que Franck Biya ne semble pas reconnaître mais ne nie pas non plus, participe au plan de préparation des esprits à la succession.

« Il n’y a pas de fumée sans feu. » Franck Emmanuel Olivier Biya (50 ans), frère aîné de Junior et Brenda, est annoncé comme le successeur de son père à la tête du Cameroun. Dans les couloirs du palais d’Etoudi, la rumeur Ces sons font même écho à son nom de futur « dauphin » de son père, informe une source du projet de passation de pouvoir d’un commun accord. Divers présages politiques sont tour à tour convaincus et le dauphin surnommé s’avère être le favori dans la guerre de succession de son père, qui fêtera ses 89 ans le 13 février 2022.

En attendant les signes, Franck reste discret. Trop discret mais non moins influent auprès de son parent, celui qui a passé une partie de son enfance en Europe et aux Etats-Unis, encore novice en politique, laisse l’occupation de l’espace public à ses cousins ​​Bonaventure Mvondo Assam, RDPC-membre de parlement. Une chose est sûre : depuis qu’il a quitté l’université aux Etats-Unis en 1990, Franck Biya ne cache pas son intérêt pour les affaires. L’exploitation forestière est donc le domaine de travail le plus important. En dehors des forêts camerounaises, il est aussi promoteur économique à la tête d’Afrione Cameroun et de SFA Ingénierie.

Petit avantage pour Franck Biya, sa proximité avec les plus puissants et puissants de la République. Mais en route pour succéder à son père, Franck Biya devra se rendre aux urnes.

Prochain rendez-vous, 2025. Ça tombe bien, car un « mouvement citoyen franciskisten pour la paix et l’unité au Cameroun » promeut son image depuis plusieurs mois déjà. Mieux, Franck Président ! , le slogan sent bon la future présidentielle de l’heure. Les auteurs de cette surprenante campagne lui font entièrement confiance. Cependant, tout le monde avec un bon œil ne voit pas toute cette effervescence autour du fils prodigue. Beaucoup d’entre eux s’interrogent sur sa méconnaissance de l’administration, car il n’a jamais occupé de poste de direction et n’a pas été élève de la prestigieuse École nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Une autre faiblesse de Franck Biya dans la course à la succession de son père est son manque d’influence sur les militaires et son manque de contrôle sur le parti présidentiel, le RDPC

#Avenir #RDPC #des #cadres #Sud #poignardent #Franck #Biya #dans #dos

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire