Cameroun : cinq employés de Médecins sans frontières enlevés dans le nord

0

Cinq membres tchadiens, sénégalais, franco-ivoiriens et camerounais de MSF ont été arrêtés jeudi par des hommes armés dans l’extrême nord du pays où opèrent des groupes jihadistes.

« Des hommes armés sont entrés au domicile de Médecins sans frontières » et « cinq membres de notre équipe ont été emmenés » à Fotokol, à la frontière avec le Nigeria, où les groupes jihadistes Boko Haram et État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap, selon l’acronyme en anglais ) attaquent régulièrement des civils et des militaires, a indiqué vendredi l’ONG médicale internationale.

Lire

« Trois travailleurs humanitaires, un franco-ivoirien, un sénégalais et un tchadien, ainsi que deux gardes camerounais ont été enlevés », a déclaré un responsable du gouvernement local, qui a requis l’anonymat. Rien n’associe cet acte aux attaques de Boko Haram. Nous ne savons pas s’il s’agissait d’un simple vol qui a mal tourné. Un coffre-fort a été ouvert, a-t-il ajouté, ajoutant que l’armée les recherchait. Ni l’identité ni les motivations des auteurs ne sont connues à ce jour. †

Augmenter les attaques

Situé à l’extrême nord du Cameroun, Fotokol se trouve à proximité du lac Tchad, vaste étendue d’eau et marécages dont les côtes s’étendent sur quatre pays : le Tchad, le Niger, le Cameroun et le Nigeria. Boko Haram et Iswap ont installé des abris dans certains des nombreux îlots qui parsèment le lac.

Les groupes armés profitent de leur connaissance des zones humides

Dans ces quatre pays, les djihadistes commettent régulièrement des attaques contre des militaires et des civils. Ils se sont multipliés ces derniers mois, les groupes armés profitant de leur connaissance de ce terrain marécageux. Iswap a resserré son emprise après la mort du chef de Boko Haram Abubakar Shekau dans des affrontements entre les deux groupes rivaux.

Lire

L’insurrection de Boko Haram a commencé au Nigeria en 2009, puis s’est propagée aux pays voisins. Depuis lors, plus de 36 000 personnes (principalement au Nigeria) sont mortes et 3 millions ont été contraintes de fuir leur foyer, selon l’ONU. En septembre 2019, six soldats camerounais ont été tués près de Fotokol après que Boko Haram a attaqué un poste militaire.

(avec AFP)

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(« div-gpt-ad-16458954949351-1 »);
});

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(« div-gpt-ad-16458954949352-2 »);
});

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(« div-gpt-ad-16458954949352-3 »);
});

Source :
Jeune Afrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire