Cameroun : Earvin Ngapeth, les ambitions d’un Lion d’or

0

Le 29 mars 2022, la planète volley tournera autour de Modène. La fédération française vient d’annoncer que son équipe nationale, détentrice du titre olympique décroché à Tokyo en 2020, sera désormais entraînée par un Italien, Andrea Giani, actuellement à la tête de l’équipe de cette ville moyenne du Nord. Amérique Italie.

Au cœur de la région Émilie-Romagne, bastion du vinaigre balsamique et des joyaux automobiles Ferrari et Lamborghini, les passionnés de sport se demandent si Giani est capable de mener à nouveau la France vers l’or olympique à Paris en 2024.

Earvin Ngapeth, lui, n’est pas surpris par l’annonce : il a été formé pendant un an par Giani à Modène et a été un fervent partisan de la nomination de l’Italien à la tête des Bleus du volley. Les deux hommes s’entendent bien et la parole de Ngapeth, champion olympique et européen, double vainqueur de la Ligue mondiale et meilleur joueur des Jeux de Tokyo en 2020 pèse lourd. Le travail de lobbying de l’attaquant de 31 ans a porté ses fruits.

Lis

Le 29 mars, pourtant, « Magic Ngapeth » a la tête ailleurs et les yeux tournés vers le stade Mustapha-Tchaker de Blida, en Algérie. Dans la soirée, son équipe de cœur, les Lions indomptables du Cameroun, disputent leur qualification pour la Coupe du monde, qui se déroulera au Qatar en décembre.

La passion du foot

Le champion olympique a invité une partie de sa famille à suivre le concours de haches. « Pour la Coupe d’Afrique des Nations [en janvier],,Nous étions comme des fous, » dit le joueur. Le Cameroun a perdu en finale. Mais c’était peut-être une bénédiction déguisée. †

En effet, moins de deux mois après avoir échoué à soulever le trophée continental à domicile à Yaoundé, les Lions ont décroché leur qualification pour le Championnat du monde qatari à Blida au terme d’une folle prolongation. « J’ai mis tellement d’énergie dans ce jeu ! le volleyeur sourit à nouveau.

Adolescent, il fréquente les mêmes sélections de jeunes qu’un certain Layvin Kurzawa, futur international français

Cinq ans plus tôt, en 2017, il s’était presque aliéné ses coéquipiers : après une défaite pour son équipe, il avait regardé la victoire des Camerounais sur la CAN au fond d’un bus lugubre. L’explosion de joie après la prolongation a surpris tout le monde. Si son agenda le permet, il espère soutenir le Cameroun au Qatar. « Et les Français aussi ! s’empresse-t-il d’ajouter.

Source :
Jeune Afrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire