Cameroun : fin du bras de fer entre Louis Paul Motaze et Abbas Mahamat Tolli ?

0

Le gouverneur Tolli s’appuie sur les statuts de la Beac et déjoue les plans de Yaoundé, qui souhaitent que le directeur national reste plus longtemps à son poste. Rapport d’une confrontation par des courriers intervenant.

Abbas Mahamat Tolli a décidé de couper la poire en deux. Le 12 janvier, en réponse à un courrier que lui a adressé la veille le ministre camerounais des finances, Louis Paul Motaze – message délibérément leaké sur les réseaux sociaux locaux – le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) : « exceptionnel » , de prolonger la présence de Blaise Eugène Nsom comme directeur national de la banque centrale à Yaoundé pour six mois non renouvelables.

« Mais ça ne résout pas le problème », souffle un observateur. « Ce n’est pas ce qu’on lui demande », ironise même un proche du financier camerounais. Au même moment, dans la capitale camerounaise, le sujet fait rage, dans une étonnante convergence, une grande partie de la presse privée locale, proche du pouvoir et de l’opposition, ouvre le feu sur Abbas Mahamat Tolli.

Lire

L’origine de l’affaire réside dans une correspondance de Louis Paul Motaze en date du 11 novembre 2020 demandant que l’activité de Blaise Eugène Nsom soit prolongée d’un an, en théorie sommé de faire valoir ses droits à la retraite le 1er mars 2021. Le gouverneur répond favorablement à la demande le 8 avril 2021, mais n’accorde qu’une prolongation de 10 mois. Par exemple, le poste de directeur national prendrait fin le 31 décembre de l’année dernière.

Échec de la consultation

Source :
Jeune Afrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire