Cameroun : les femmes évitent toujours le préservatif féminin

0

Certains se plaignent de la difficulté d’insertion de ce contraceptif. D’autres craignent une diminution du plaisir. Rechercher.

Une jeune fille de 23 ans, sexuellement active depuis trois ans, s’étonne qu’il y ait un préservatif féminin et demande catégoriquement à ses amis à quoi il ressemble. Comme elles, beaucoup de femmes ne savent pas à quoi ressemble le préservatif féminin. Et ceux qui l’ont déjà vu, évitez-le. Neuf femmes interrogées sur dix trouvent cela inconfortable : « L’insertion est difficile et effrayante ».

« Insertion dans le vagin, ne fait que décourager »

Avec l’Association camerounaise pour le marketing social (ACMS), à laquelle nous nous sommes rendus, nous n’avions aucune information officielle. En revanche, un cadre affirme ne pas avoir de statistiques, mais garantit que les cibles ont trouvé le préservatif féminin grossier difficile à utiliser. Selon nos recherches, il existe un processus pour insérer le préservatif féminin, qui est essentiellement une coque avec un anneau flexible à chaque extrémité, dans le vagin. L’anneau intérieur, qui se trouve du côté fermé, sert à insérer et à maintenir le préservatif. Le plus grand anneau externe couvre les organes génitaux externes. Les scientifiques recommandent aux femmes d’être dans une position confortable avant de l’enfiler : assise, allongée ou debout avec un pied sur une chaise. Ensuite, il faut faire attention aux anneaux et aux ongles, qui peuvent l’endommager, et presser l’anneau intérieur du préservatif avec lequel il est inséré dans le vagin. Il doit être inséré aussi loin que possible, en insérant l’index dans le préservatif. L’anneau externe doit rester à l’extérieur du vagin et bien couvrir les lèvres. Et à partir de ce moment, affirment-ils, le préservatif est mis en place. Toutes ces étapes sont décrites sur l’emballage. Mais jusque-là, les femmes trouvent qu’il est difficile et risqué de porter. Mais selon notre interlocuteur chez ACMS : « Il est facile de mettre un préservatif féminin. Ces femmes qui se plaignent n’ont pas suivi les consignes.

Céline, une jeune fille, regrette « les conditions de port de ce préservatif ». Les femmes approchées ajoutent qu’elles sont toujours à risque après toutes ces phases. La première, disent-ils, est que le préservatif sera retourné si les instructions ne sont pas suivies. « S’il est lâche, il peut pénétrer dans le vagin. C’est un énorme danger pour la femme », raconte Nina, une jeune fille. Grace, une autre jeune fille, dit : « Mon vagin n’est pas large. S’il se coince, que dois-je faire ? ». Certaines femmes déclarent se sentir anxieuses lorsqu’elles utilisent le préservatif féminin.

Martial raconte son accident : « J’ai couché un jour avec une fille qui portait ce préservatif. Tout s’est bien passé jusqu’aux préliminaires. Elle s’est quand même assurée que son préservatif était en place, mais quand la sensation a commencé à devenir plus forte, elle a oublié de le vérifier. Soudain après notre rapport sexuel elle essaie d’enlever le préservatif et rien ne sort. Elle a commencé à pleurer. Je n’ai pas pu répondre à cette situation. C’est le lendemain en faisant pipi qu’il est sorti. Elle et moi n’avons que de mauvais souvenirs de cette affaire.

« Gâcher le plaisir »

Ici aussi, les avis sont divergents et partagés. Alors que notre source chez ACMS nous dit que le préservatif féminin est doux et très amusant ; les hommes interrogés à ce sujet sont tous « piaffeurs ». C’est peu pratique, ça gâche le plaisir, c’est moche, gros, peu pratique, inconfortable, sont les mots utilisés pour décrire le préservatif féminin. Après de longues recherches, on se rend compte que les hommes sont rebutés par l’apparition du préservatif féminin, en raison de la difficulté de l’insérer dans le vagin, ce qui leur fait parfois perdre du temps et a tendance à réduire le désir. Joël Atangana confirme : « Ma fille, si la femme est déjà devant nous, nous sommes déjà excités et debout. Nous avons déjà de mauvais rêves. Ce qui nous intéresse en ce moment, c’est d’agir. S’il faut attendre une femme nue devant nous pour porter l’affaire, l’excitation qui a déjà commencé et s’accentue risque d’être gâchée ».

Une autre se plaint qu’il est absolument nécessaire de le tenir pendant les rapports sexuels : « L’anneau extérieur peut être gênant pour certaines femmes ou s’avérer gênant lors des préliminaires. Il peut être bruyant avec le mouvement du pénis dans le vagin ou à cause de la position prise. Plutôt que de nous défouler sans cérémonie, nous sommes obligés avec vos affaires de nous contenir et d’être prudents. Ce qui pour beaucoup gâche le plaisir ». « Au lieu de nous concentrer sur ce qu’il faut faire, nous surveillons le préservatif ici. Vraiment, en plus d’être distrait, ce truc est impoli », a déclaré Raoul, l’air sérieux. Line le regrette aussi : « C’est trop de galère sans vraiment apprécier le vrai plaisir, parce qu’il est fou ». Pour retirer le préservatif féminin, vous avez besoin d’une méthode. Car il faut tourner l’anneau extérieur pour le fermer afin d’empêcher le sperme de s’écouler. « J’ai appris qu’il suffit de tirer doucement pour retirer le préservatif. Mais honnêtement tout fatiguant. J’ai assisté à des séminaires. J’ai vu toutes ces étapes, mais je préfère que mon mari se protège », explique Vanessa.

Même le préservatif masculin n’attire pas trop

Pas mal de personnes rencontrées disent que le préservatif, qu’il soit masculin ou féminin, est certes un moyen de protection, mais raccourcit le plaisir. Alexandre P, utilisateur, ne passe pas par quatre moyens pour le démontrer : « On mange des bananes avec la peau ? Je ne ressens rien avec tes affaires. » Un autre brandit la carte de l’homme fidèle. « Je suis fidèle à mon compagnon. Je ne sais pas vraiment de quoi ils ou moi devrions nous protéger lorsque nous avons des relations sexuelles. » Yvette, une jeune fille, prétend avoir des relations sexuelles avec un seul partenaire. Par conséquent, elle ne juge pas nécessaire de l’utiliser. Malgré plusieurs demandes auprès d’institutions distinguées dans le domaine de la santé sexuelle, telles que : l’Association nationale camerounaise pour le bien-être de la famille (Camnafaw), ACMS, nous n’avons pas pu obtenir de statistiques sur l’utilisation des préservatifs masculins et féminins.

Selon nos recherches, il s’agit de jeunes filles, femmes ou hommes pour certaines très jeunes et d’autres en couple, qui ont des relations sexuelles avec d’autres personnes que leur partenaire, qui évitent une grossesse ou une maladie, qui utilisent des préservatifs. « Ma fille, c’est quand je me défoule avec le petit butin que j’utilise le préservatif », précise un homme dans la rue. Larissa, une jeune fille, me confie : « La seule personne dont j’ai besoin pour mettre un préservatif pendant les rapports sexuels est l’homme qui me fait plaisir quand mon copain n’est pas là. Parce que j’évite la maladie ou la grossesse. Je ne sais pas quoi expliquer à mon ami si de telles choses m’arrivent. »

Ils préfèrent le masculin

Parce que les hommes sont impatients quand vient le temps d’avoir des relations sexuelles et que les femmes se plaignent d’avoir à passer à l’action, le préservatif féminin est spécial car les femmes peuvent le mettre pendant des heures avant les rapports sexuels. Jusque-là, ils le considèrent comme un inconvénient. « Qui va marcher avec quelque chose de gros entre les jambes ? » Ce n’est même pas facile de passer des heures avec une serviette hygiénique. On a l’impression qu’il peut tomber, à quelle fréquence un préservatif ? », demande Brigitte, une jeune fille en riant.

Les préservatifs masculins et féminins ne peuvent pas être utilisés en même temps, ou les deux ne resteront pas en place, de sorte que toutes les femmes optent pour le préservatif masculin. Angela dit qu’elle préférerait que son mari mette un préservatif. Mettre le préservatif féminin est intimidant. Grace partage également le même avis. C’est même elle qui l’offre à son partenaire et le lui impose. La fille dit : « J’ai toujours des préservatifs masculins dans mon portefeuille. S’il m’arrive d’agir, je le présente moi-même à mon partenaire. Pour Marthe, le préservatif masculin reste le meilleur : « Je l’étale plus vite et à l’aide d’une main je l’amène facilement et simplement à la base du pénis ; par contre pour les filles les étapes ne font que me décourager ».

Selon les statistiques de Camnafaw, 603 351 préservatifs masculins ont été utilisés entre le 1er janvier et le 30 juin 2021. Ce chiffre est nettement supérieur à celui du préservatif féminin utilisé, qui s’élève à 44 476 pour la même période. Et les experts disent que la tendance a presque toujours été la même. Le responsable de l’ACMS ajoute : « Ce que ce public cible ne sait pas, c’est que le préservatif féminin est le seul préservatif qui empêche la femme de développer les lésions et d’avoir un plaisir durable.

menacé

Comme le montre un article de 2004 dans Mutations, « le préservatif féminin imprègne timidement les coutumes camerounaises ». Cet article informe : « Malgré le battage médiatique orchestré par le Programme Camerounais de Marketing Social (PMSC), le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) et les autres acteurs impliqués dans ce projet, l’usage du préservatif féminin » n’est pas encore réel. coutumes ». C’est encore le cas à ce jour. Le préservatif féminin est plus cher que le préservatif masculin ; mais sa commercialisation tend à disparaître. Dans quatre magasins du quartier Régie ici à Yaoundé, un seul commerçant de cadeaux nous a dit, mais ses dents : « Ma fille, j’ai la boite là-bas depuis six mois. Je n’en ai vendu qu’une. Aucune fille ou femme ne vient me demander ça. Le préservatif masculin, par contre, se vend bien. La boite que j’ai retournée c’est hier c’est même les jeunes filles qui l’achètent aux hommes. » Diallo, le commerçant le plus proche, crie d’abord. « Ce sont les souris qui ont mangé ce que j’avais ici. Ensuite je l’ai jeté. Je J’ai eu deux magasins à mon actif et je n’ai jamais entendu personne venir demander le préservatif féminin. C’est une perte de temps et d’argent. Vendez mieux les bonbons. C’est la même chose avec Ali, un autre détaillant. Il dit avoir jeté ce qu’il a acheté des mois plus tard : « ça ne marche pas ».

Il n’y a pas de préservatif féminin dans quatre pharmacies visitées ici à Yaoundé. Dans l’un, le personnel dit qu’il ne l’a jamais commandé. Dans une autre pharmacie, le personnel s’est même moqué de nous. « Madame, nous n’avons jamais commandé l’autre ». Et quel genre de préservatif commandent-ils ? « Ma chérie, quelle question ? Le préservatif masculin, bien sûr avec toutes sortes de lubrifiants », répondit ironiquement le pharmacien.

#Cameroun #les #femmes #évitent #toujours #préservatif #féminin

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire