Cameroun: L’opposition joue tout contre le RDPC de Paul Biya

0

Seize députés du SDF, de l’UDC, du PCRN et de l’UMS forment un groupe parlementaire. Une tentative de tenir tête au parti au pouvoir, l’ultramajorité à l’Assemblée.

Conformément aux dispositions de l’article 20 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le 14 mars, Patricia Tomaino a présenté à Laurentine Koa Mfegue, doyenne du Continent par âge, la liste des membres de l’Union pour le changement, une nouvelle liste parlementaire groupe qui réunit seize députés issus des différentes forces d’opposition.

Ainsi, après avoir monté la plateforme qui a abouti à la proposition d’un nouveau code électoral, ils continuent de jouer la carte syndicale. Avec ce nouveau coup politique, l’opposition veut élargir son champ d’action. L’Union pour le changement place en tête de son agenda « l’amélioration du quotidien des Camerounais », « la défense des intérêts du peuple », « la justice sociale », « l’égalité des chances » ou encore « la législation et le contrôle de l’État ». action « .

Tout un symbole

Aucun parti ayant atteint la barre des quinze députés n’avait besoin de former un groupe parlementaire à l’issue des élections législatives de février 2020, ce front commun était le seul moyen pour une opposition dont la présence au parlement de la douleur s’est rétrécie d’en garder un. L’Union pour le changement est le successeur de facto de la faction du Front social-démocrate (SDF, dix-huit députés), active lors de la législature précédente. Tout un symbole pour cet ancien chef de file de la formation politique d’opposition, dont le plus grand exploit – une deuxième place mémorable à l’issue des élections présidentielles de 1992 – a été réalisé à l’époque par une coalition également connue sous le nom d’Union pour le changement.

Lire

Source :
Jeune Afrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire