Cameroun-Taxe sur les téléphones: Découvrez l’autre côté de la guerre entre Franck Biya et Ngoh Ngoh

0
734

Les voleurs ont vu les caméras pointées sur eux et ils ont décidé de remettre tranquillement leur butin à sa place. J’ai dit enfin que depuis les réseaux FRANCKISTES qui se propagent et enracinent leurs tentacules à grande vitesse en ce moment, NGOH NGOH était fini. Ce dernier me prouve aujourd’hui qu’il a encore son rôle à jouer. Bravo pour cette carte que tu viens de découper.

Le solde de l’OTC génère le respect dû au PEUPLE CAMEROUN. Je suis farouchement contre OTC, mais je te préfère toujours même à Franck BIYA. Désolé de vous avoir sous-estimé en vous écartant si vite de la course. En tout cas, ce sont les pauvres CAMEROUNIENS qui seront soulagés pour le moment.

Ces gens à qui je demande d’être très vigilant. Ces gens veulent votre dos et ils vont trouver d’autres moyens de vous faire chier.

L’essentiel de la taxe téléphonique

Dans une interview avec La Voix Du Koat, l’expert fiscal, le professeur Alaka Alaka, a révélé que le téléphone portable ne cédait plus à la douane. Alors que des millions de puces étaient distribuées et vendues par les opérateurs à chaque instant.

Au Cameroun, une taxe de 33% du prix du téléphone ou de la tablette à la sortie de l’usine est désormais facturée aux utilisateurs. Cette nouvelle taxe, qui devrait en principe entrer en vigueur le 15 octobre 2020, est au centre d’une polémique. De nombreux Camerounais ne comprennent pas pourquoi c’est le consommateur qui doit désormais payer les taxes sur un téléphone ou une tablette acheté.

Dans un entretien avec La Voix Du Koat, l’expert fiscal Prof. Alaka Alaka apporte des réponses. «En réalité, nous avons réalisé que le téléphone portable n’était plus signalé aux douanes. Alors que des millions de puces étaient distribuées et vendues par les opérateurs à chaque instant. Conclusion logique, les téléphones sont passés en contrebande, car vous ne pouvez pas avoir de puces sans téléphone. Le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes », explique-t-il.

Pertes liées à la contrebande

Selon cela, les pertes de l’État à la suite de cette contrebande sont énormes. Depuis dix ans, précise le professeur d’université, le gouvernement a collecté 2 milliards de FCFA par mois pour le dédouanement des téléphones portables.
« C’est donc arrivé que, ce montant est tombé à 100 millions de FCFA. Conclusion, les 1. 9 milliards de FCFA de droits de douane ont été répartis entre les passeurs. L’Etat a donc décidé de faire du contribuable légal qui est l’importateur, un contribuable zéro, un contribuable nul; et de rendre responsable la personne réelle, qui est le consommateur, à la fois la personne morale et la personne réelle responsable. L’État a donc opéré un changement de pouvoir », tente de justifier le président de la Société africaine des finances publiques et Imposition.

Selon le professeur Alaka Alaka, l’importateur qui doit passer la douane ne passe plus la douane. C’est le consommateur qui va désormais vider son téléphone. À la suite des achats, « le consommateur a reçu le pouvoir de contrôler, au moment de l’achat, si son téléphone a été effacé ou non. Le revendeur, c’est-à-dire l’importateur, est tenu d’informer le consommateur que l’appareil qu’il est la vente est dédouanée. Pour le moment, il n’y a pas de problème, il insère simplement sa puce, il n’a pas le droit de payer. Mais si le revendeur dit que le téléphone n’est pas dédouané, le consommateur est conscient qu’il supportera les tarifs. Soudain , le prix du téléphone baissera car la concurrence sera désormais équitable. », indique l’expert fiscaliste.

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

[comment-form]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]