Cameroun : Travaux d’urgence sur la falaise de Dschang

0

La société BAO est déjà utilisée pour la signalisation et les équipements de sécurité : barrières métalliques, barrières en béton armé, plots réfléchissants sur la chaussée, etc.

Une course contre la montre est lancée sur la falaise de Dschang. Il s’agit de sécuriser la route au plus vite avant que la mort ne frappe à nouveau dans un énième accident sur la route qui serpente dans ce relief abrupt du département de la Menoua dans la région de l’Ouest. En urgence, la compagnie BAO vient d’être déployée sur la falaise de Dschang, au lendemain d’un des derniers accidents qui a ravivé le triste souvenir des cadavres gisant sur la chaussée après le massacre du 27 janvier 2012. Hier 27 juillet , au ministère des Travaux publics (Mintp), le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a réuni ses collaborateurs pour évaluer ce qui sera fait d’urgence en cours de route. Il s’agit du renouvellement de la signalétique et de la mise en place des dispositifs de sécurité. Il s’agit notamment des barrières métalliques, des barrières en béton armé avec réflecteurs auto-réfléchissants intégrés, des plots rétro-réfléchissants sur la chaussée, des panneaux métalliques, du bord de la chaussée ou encore de la ligne axiale.

Ces premiers travaux de type 1 coûteront environ 917 millions de F.Cfa selon les premières estimations des services d’ingénierie de Mintp. L’engagement ici est d’offrir une meilleure desserte de la route aux automobilistes qui multiplient les excursions du rail lorsqu’ils ne la heurtent pas. Le danger sur la falaise de Dschang est aussi un glissement de terrain qui pourrait arriver à tout moment maintenant, d’autant plus que la pluie va bientôt battre son plein. La digue la plus risquée est actuellement en construction pour un coût estimé à 20 millions de francs CFA.

3 milliards mobilisés

A la fin de la saison des pluies, les autres digues seront remises en état. En particulier, il y a celui dont le soutien est d’environ 35 millions de F.Cfa. Plusieurs points critiques ont été identifiés lors de la descente des équipes techniques de Mintp et celles de la société BAO. Des levés topographiques et géotechniques ont été réalisés. Des digues sont en cours de construction pour contrer les risques de glissements de terrain. À l’un des points d’effondrement potentiels identifiés, le blocus est un remblai de 25 mètres de haut.

L’enjeu majeur des réparations est d’arrêter ou du moins de limiter l’effet du ruissellement qui affecte la route et son environnement. Des nids-de-poule se sont déjà formés à divers endroits sur la chaussée et les remblais de part et d’autre de la piste. A partir de la prochaine saison sèche, la construction d’un cunet en béton (fossé au fond d’un fossé) sera lancé le long de la route. Ce renfort est destiné à limiter le ruissellement des eaux sur les talus. Ces ouvrages de type 2 pourraient valoir plus d’un milliard de francs CFA.

Par ailleurs, les ingénieurs de l’Etat prévoient des aménagements plus lourds de plusieurs milliards de francs CFA sur la route régionale dont fait partie la falaise de Dschang. Il s’agit de l’axe Bamougoum-Dschang-Melong long de 85,4 km. Cette route montre déjà les effets de l’usure du temps. La section Dschang-Santchou, construite en 1986, est dans un état déplorable. C’est moins le cas pour le tronçon de falaise reçu en 2008 et le dernier tronçon achevé en 2010.

#Cameroun #Travaux #durgence #sur #falaise #Dschang

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.