CAMEROUN-URGENT: échanges de tirs à Kumbo lors de la messe anniversaire de Mgr George Nkuo

0
229

• Échange de feu à Kumbo pendant la messe jubilaire de l’évêque George Nkuo

• Les sécessionnistes ont été repoussés par les forces de défense et de sécurité

• L’armée est impuissante face aux guerriers Bui

La rédaction de camerounweb a appris en ce moment que ce vendredi 7 mai 2021, lors d’une messe pour les 40 ans de la vie sacerdotale de l’évêque de Kumbo, Mgr George, un échange de tirs entre des éléments de l’armée camerounaise et sécessionniste des combattants de l’Ambazonie ont eu lieu Nkuo. La célébration eucharistique a eu lieu sur le terrain du Collège Saint-Augustin à Bamenda dans le nord-ouest.

Le but de cette attaque est d’interrompre la cérémonie à laquelle assistent plusieurs personnalités de la région, dont le gouverneur Adolph Lele Lafrique. Selon des sources confirmées, les sécessionnistes ont été repoussés par les forces de défense et de sécurité.

Il convient de rappeler qu’au moins quatre agents du canton de Kumbo ont été kidnappés par des combattants séparatistes présumés au cours des cinq derniers jours. Le maire Mborong Venasius, qui a affronté le gouverneur, n’a pas caché son inquiétude face à la résurgence des attaques sécessionnistes dans la ville au deuxième trimestre de cette année. De son côté, le gouverneur Adolph Lele Lafrique a déclaré que sur la base des rapports de sécurité qui lui avaient été envoyés, les choses étaient sous contrôle dans la division de Bui et la population déplacée rentrait progressivement chez elle. Il en a profité pour saluer la population pour sa collaboration sans fin avec les forces de défense et de sécurité pour rétablir la paix. Il a également reconnu que les enlèvements effrénés, les menaces et l’utilisation d’armes à feu par les combattants séparatistes sont encore très répandus.

Les guerriers Bui, l’une des milices séparatistes les plus puissantes du nord-ouest, font rage dans cette unité administrative. Ce groupe armé a été responsable de nombreuses attaques dans et autour de la ville de Kumbo et a imposé sans relâche un «verrouillage (ndlr)» dans la région. C’est cette milice qui était à l’œuvre début novembre 2020 dans l’enlèvement du cardinal Tumi et Fon (chef traditionnel, ndlr) à Nso. Sako Ikome (basé aux États-Unis), les guerriers Bui, avaient à l’origine le «général» séparatiste Chacha sous l’autorité du gouvernement intérimaire (gouvernement intérimaire de l’Amazonie, amené par Samuel). Ce dernier a été neutralisé par l’armée le 26 janvier 2020. Il faut dire que les guerriers Bui, sous la direction de ce chef de milice, ont mené plusieurs attaques contre des factions rivales et de nombreux civils. En janvier 2020, ils ont attaqué un groupe armé, l’Ambazonia Defence Force, et capturé l’un de leurs dirigeants, le général Big Number. Quelques jours plus tard, l’armée Likakom a attaqué un camp de guerriers Bui non loin de Kumbo afin de profiter de cette guerre fratricide. Au cours de cette attaque, Chacha serait tué.

ref: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: