CAN 2021 : le ministre Grégoire Owona crie au sabotage

0

• Le Cameroun fait face à diverses critiques

• Le ministre Grégoire Owona se défend

• Le Mali accuse aussi

La CAN 2021 a débuté au Cameroun le 09 janvier et se poursuit avec son lot de scandales. Après les polémiques qui ont éclaté autour de la pelouse du stade de Japoma, le scandale des tests covid-19 et le drame d’Olembe ont fait réagir plusieurs délégations étrangères. Au Cameroun, cette critique de la CAN est mal reçue. Le ministre Grégoire Owona estime que le pays de Paul Biya est victime d’un bashing.

« Le Cameroun, droit et fier, accueille actuellement la plus grande compétition africaine. C’est le moment choisi par certains contempteurs pour tenter de discréditer les efforts pour embellir la fête. Ne cédons pas aux sirènes de désinformation et de dénigrement qui se sont désormais installées contre notre pays. Faisons tout, chacun à son niveau, pour que notre CAN soit vraiment douce », a-t-il déclaré.

Le Mali mécontent

Le Mali a été éliminé en huitièmes de finale par la Guinée équatoriale, rejoignant la longue liste des équipes citant les lacunes constatées lors de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations. Ibrahim Bathly, secrétaire général adjoint de la Fédération malienne de football a adressé ce jour une lettre de protestation à la CAF pour dénoncer l’injustice subie par l’équipe malienne lors de son dernier match. La fédération malienne s’étonne du silence des assistants de la VAR face à « l’affaire de main flagrante » d’un joueur adverse.

« Lors du match des 1/8 de finale qui s’est déroulé hier soir au stade de Limbé entre le Mali et la Guinée Equatoriale, le Var a annulé un penalty accordé au Mali par l’arbitre du match pour une faute dans la surface de réparation, en revanche, la VAR est restée muette sur la main flagrante et visible du joueur équato-guinéen dans la surface de réparation…) », ont regretté les Maliens.

soupçons

Comme les Comores ou le Burkina Faso, les Maliens trouvent l’arbitrage suspect lors de cette CAN disputée au Cameroun. Ils appellent la CAF à être vigilante pour maintenir la bonne réputation de la compétition.
« Le Mali accepte la défaite au Fair Play et félicite la Guinée équatoriale pour sa qualification pour les 1/4 de finale, mais nous protestons officiellement contre cet acte qui semble trop suspect. Pour la suite de la compétition et pour l’image de notre institution (CAF), il faut que les arbitres et assistants VAR soient encore plus vigilants et attentifs à ces situations », écrit la Fédération malienne de football.

CAF indexé

Le Cameroun pourrait-il battre les Comores si leurs effectifs ne sont pas ravagés par la pandémie de Covid-19 ? La question demeure au regard de la prestation très moyenne des Lions Indomptables lundi au stade d’Olembe dans le cadre du huitième de finale aller de la Coupe d’Afrique des Nations. Malgré la victoire du Cameroun (2-1), les joueurs comoriens ont été les plus applaudis et célébrés durant la rencontre. Pour de nombreux fans de football, la jeune équipe des Comores a été victime d’une injustice de la part de la Confédération Africaine de Football.
L’un des soutiens de cette thèse est le journaliste Romain Molina. Il est parmi les premiers à dénoncer la décision de la CAF de ne pas admettre le gardien comorien Ali Ahamada, alors même qu’il a été testé négatif au Covid-19 lors d’un nouveau test lundi matin. La CAF a préféré mettre les joueurs en quarantaine pendant 5 jours. La CAF a introduit cette règle juste à la veille du match contre le Cameroun. Les premières équipes à disputer les huitièmes de finale de la CAN n’étaient pas soumises à cette restriction de joueurs.

« Au début de la CAN, un joueur positif devait s’isoler et pouvait être contrôlé toutes les 48 heures. S’il était négatif, il sortirait de l’isolement et n’aurait qu’à passer un test cardiaque avant la compétition. Depuis hier 17h00 par mail, le corps médical de la CAF a changé la donne et imposé un protocole… Un test positif aboutit à cinq jours de détention. Si le test est négatif 48 heures plus tard, il n’est plus possible de rejoindre le groupe », explique Romain Molina.

« Alors on a changé les règles en pleine compétition, et les Comores se font avoir (les Tunisiens ont profité d’une anomalie hier) et ne peuvent pas aligner de gardien ce soir sauf anomalie particulière… », poursuit-il.

#ministre #Grégoire #Owona #crie #sabotage

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire