Conflit foncier à Douala-Ngoma : Voici pourquoi le silence d’Eyebe Ayissi est suspect

1

La population de ce village du Canton Bassa dans l’Arrondissement Douala V est en difficulté avec le Ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières (Mindcaf), qui a alloué une bonne partie des indemnités en faveur des familles Enangue et Eyenga au sujet de la terre à terre titre n° 34430/W avec Basé à Ngoma.

Week-end mouvementé à Ngoma. Au cours d’une palabre, un individu a ouvert le feu pour disperser les habitants protégeant leurs terres.

Cette escalade de la violence survient peu avant l’avertissement du chef traditionnel de Ngoma, qui, irrité par les multiples agressions des prédateurs terrestres, a tiré la sonnette d’alarme : « M. Le groupe dans mon village va probablement dégénérer en une confrontation physique. » Ngoma est un village du département du Wouri.

Il est situé dans la commune de Douala V et s’étend du PK 18 au PK 27. Le problème actuellement est que des particuliers sont venus déposer les coordonnées topographiques de leur titre foncier sur les 100 ha de Ngoma de la famille Log-Diheng, attribués par compensation et matérialisés. par TF 34430.W « alors que les décrets d’attribution de l’Enangue TF n i 6653. W et Eyenga TF n° 17478. Des familles W sont érigées au village de Lendi ».

Défauts matériels ou volonté de monopole ? Apparemment, ce tour de passe-passe n’a été possible qu’avec la complicité de l’administration locale.

Par exemple, suite à l’éviction problématique de Dikolo en 1 ), la population du village de Ngoma dans le Canton de Bassa dans l’Arrondissement de Douala V possédait une propriété en compensation accordée.

Ndame Eyoum Ferdinand, chef de la famille Log Diheng, a donc fait un recours volontaire pour le retrait des arrêtés ministériels n°1112 du 31 mai 2022 et Eyenga du 31 mai 2022, qui sont intervenus dans son domaine de 10 hectares, qui fait l’objet de plusieurs fragmentations notariées et adéquatement documentées.

Le Ministre de tutelle a pris acte de cette demande et a instruit ses services déconcentrés de lui fournir dans les meilleurs délais un état du patrimoine actualisé et un plan d’inventaire contradictoire faisant ressortir clairement les numéros de Tf figurant dans la partie corrigée du titre foncier 34430/W afin de donner un objectif avis sur ce dossier ».

Force est de constater que « les actes administratifs agités sont entachés de fraude, entraînant des fautes et des excès de pouvoir de la part de Mindcaf ».

Micmacs

Tout aurait donc pu rentrer dans l’ordre, d’autant plus que dans cet entourage le sous/préfet de Douala 5 sur 7 146 ha, objet TF 34430.W » au nom de la famille Log Diheng.

Le sous-préfet souligne : « Tous les protagonistes sont priés de respecter scrupuleusement cette mesure en attendant la décision du ministre compétent ». Cela d’autant plus que le litige foncier s’est étrangement déplacé vers Ngoma sur la propriété de la famille Log Diheng avec deux titres de propriété attribués à Dame Enangue et Eyenga au lieu-dit Lendi.

Que cachent tous ces Micmacs ? La réponse du ministre Eyebe Ayissi à la demande de Ferdinand Ndame est très attendue pour éviter que la ville de Douala ne devienne l’eldorado ultime des prédateurs fonciers recrutés au sein même de l’administration foncière…

ref: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



1 COMMENT

  1. […] Ref. : cameroonmagazine.com […]

Laisser un commentaire