Contrebande : le carbure « zouazoua » à Douala

0

Ce carburant contrefait, dont la commercialisation est pourtant interdite, est de plus en plus vendu dans le capital économique.

Assise derrière sa table de fortune, entonnoir à la main, Nadine (ce n’est pas son vrai nom) attend ses clients. Sur sa table se trouvent des bouteilles en plastique d’un litre et demi, contenant du carburant frelaté, communément appelé « zouazoua ».

Deux bonbonnes de 10 litres chacune, contenant le liquide inflammable, sont placées sur les côtés sur les côtés. Les clients, principalement des chauffeurs de taxi moto, n’hésitent pas à venir consommer ce carburant, qui n’est pourtant pas de très bonne qualité. Quelques minutes après avoir installé sa marchandise, un motard arrive, achète deux litres de « zouazoua », démarre et repart.

Nous sommes le 19 octobre 2021 à 10h00. A l’image de cette sortie de contrefaçon de carburant dans l’Est envahissant Douala, de nombreux autres vendeurs de ce liquide s’y sont installés. Il n’y a pas moins de six points de vente de part et d’autre de la route, entre la ville d’Elf village et Entrée-Bille. Une distance d’environ 3 km.

Le phénomène est nouveau. Il a moins d’un an et prend de la force. David (nom d’emprunt), chauffeur de taxi, en a fait sa deuxième activité. Propriétaire de deux magasins de zouazoua, cette activité dangereuse est animée par ses enfants le week-end et les jours d’école, selon qu’ils ont cours le matin ou le soir.

Le chauffeur de taxi, la soixantaine, est muet sur le sujet. « La zouazoua vient du sud-ouest. Nos livreurs s’approvisionneraient au Nigeria voisin », a-t-il déclaré sans ambages. L’activité est évidemment lucrative. Des indiscrétions rapportent que ces vendeurs de carburant contrefait vendraient chacun en moyenne 50 litres par jour. Motivation du consommateur, le prix, légèrement inférieur au carburant normal.

Le Super est vendu 630 Fcfa dans les stations-service. Il coûte 100 5 Fcfa moins cher chez ces vendeurs. « Il y a une différence ? de 10OFcfa avec le carburant consommé à la station. C’est ces 100 Fcfa de moins par litre que nous suivons. Ce dernier avoue que plusieurs fois après avoir utilisé ce carburant, sa moto a parfois eu du mal à démarrer.

Cependant, tout ce qui ne le décourage pas. « C’est de la chance. Quand vous achetez votre zouazoua à un ressortissant des régions anglophones, c’est généralement de bonne qualité. », note-t-il.

Et ce n’est pas le seul dommage que ce carburant cause aux machines. « Quand je consomme du zouazoua, je change mon huile moteur toutes les semaines. Cependant, si c’est le vrai carburant, je peux le faire une fois par mois » explique un autre « benskinneur ». Des frais supplémentaires qui ne le découragent pas pour autant.

Ce carburant contrefait est vendu au vu et au su de tous sur différents axes du capital économique. Il est également vendu au lieu-dit « Danger », à Ndogpassi 2, au lieu-dit « Jardin », et sur l’axe menant à Ndokoti, au lieu-dit « Syncatex ».

#Contrebande #carbure #zouazoua #Douala

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: