Crise anglophone : Ferdinand Ngoh Ngoh prend la parole

0

Dans un courrier du 13 décembre 2021 qui a fuité sur les réseaux sociaux, le secrétaire d’Etat Sg/Pr demande au secrétaire d’Etat Minesup d’enquêter sur les professeurs des universités de Buea et de Bamenda.

Dans sa lettre, qui inclut le sujet des « soupçons d’excuses pour sécessionnisme », le ministre des Affaires étrangères, secrétaire général de la Présidence de la République (Sg/Pr) Ferdinand Ngoh Ngoh a catégoriquement : « Information que la Présidence de la République a rapportée que certains enseignants des universités de Buea et de Bamenda soutiennent la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, à travers des messages, des discours ou des déclarations défendant la sécession dans le cadre de leur enseignement », a-t-il déclaré au ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur.

Ce faisant, M. Ngoh Ngoh demande à M. Fame Ndongo de vérifier ces informations et, le cas échéant, « de mener une enquête à ce sujet en liaison avec les services spécialisés compétents ». Le ministre Sg/Pr a dit attendre les conclusions de l’enquête pour « la très haute information du président de la République ».

A son tour, le Ministre d’Etat, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, a saisi le recteur de l’Université de Bamenda, par le biais d’une correspondance datée du 16 décembre 2021, ayant pour objet de « mettre à disposition l’annuaire téléphonique mis à jour du personnel enseignant de l’Université de Bamenda ». « J’ai l’honneur de vous être reconnaissant des dispositions que vous prendriez pour me permettre de mettre à jour dans les meilleurs délais les annuaires téléphoniques et contacts électroniques de tout le personnel enseignant et administratif employé par votre établissement universitaire ^, écrit le Minetat / Minesup. Comme quoi, les professeurs de l’Université de Bamenda seront bientôt « cuits ».

Le droit pénal définit la sécession comme le fait de « porter atteinte par quelque moyen que ce soit à l’intégrité du territoire en temps de paix ». Pris dans ce prisme, le masque de certains enseignants qui ont gagné l’affaire sécessionniste pourrait très bien tomber. On sait aussi que dix enseignants et responsables de l’éducation ont été kidnappés et relâchés en septembre dernier. En plus de la rançon réclamée à chaque fois, certains enseignants ne sont-ils pas à l’origine du phénomène des kidnappings qui bat son plein dans les universités des zones anglophones ces derniers temps ? Avoir.

#Crise #anglophone #Ferdinand #Ngoh #Ngoh #prend #parole

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire