Crise au RDPC : C’est pourquoi la maison du sous-préfet de Bengbis a été incendiée

0

Les élections pour le renouvellement des organes de base du RDPC ont révélé les divisions qui prévalent au sein de cette formation politique. A Bengbis dans la région du sud, les nouvelles étaient mauvaises au domicile du sous-préfet, qui a été incendié par des militants en colère.

La grande question qui se pose à l’opinion publique camerounaise est comment en sommes-nous arrivés là ?

Pour comprendre ce drame, vous devez d’abord être conscient des événements qui ont précédé ce drame.

En effet, trois listes soutenues par les « élites » de cette place étaient en lice pour la conquête de la section RDPC de la place.

L’un soutenu par Martial Zang, le président du Comité technique pour la réhabilitation des entreprises d’État, le second par Paul Éric Ebolo « homme d’affaires », et le troisième par Pauline Ndoumou, sous-questeur à l’Assemblée nationale.

Si la liste, Martial Zang a respecté les termes du Comité central du RDPC, les deux autres ne l’ont pas fait.

La tête de liste de Paul Éric Ebolo, a réussi à insérer dans la liasse de documents exigée un faux document prouvant ses antécédents au RDPC en SOa. Ainsi, après vérification et recoupement, le président du comité de renouvellement des organes de base du parti de la Flamme, à Bengbis, Richard Evina, constatera que Paul Éric Ebolo n’a jamais occupé de poste à responsabilité dans la section RDPC. de la SOA. Il était étranger au bataillon.

Il en sera de même pour Thomas Kombo, qui a profité d’un activisme zélé dans la section RDPC d’Efoulan à Yaoundé 4, détenant à la clé, un poste de vice-président. Un coup de téléphone au député de cette circonscription politique montrera que ce n’était pas le cas.

Face à cette situation, la commission n’a eu d’autre choix que de supprimer les listes de contrefacteurs. Il n’en reste donc qu’un… Celui soutenu par Martial Zang, que le PDG de la CAA n’aime pas beaucoup.

Le disqualifié s’engagera donc à menacer les membres de la Commission et à les accuser de corruption par le président de la CTR… (ne peut-il que corrompre un incorruptible tel que le PDG de la CAA). Alors les pneus du véhicule de Richard Evina vont se dégonfler… d’autres actes de violence vont suivre. C’est à ce moment que le Sous-Préfet interviendra pour faire face aux troubles à l’ordre public. Les gendarmes appelés pour cela ne feront pas sortir les mécontents de la salle sans résistance. Le sous-préfet sera accusé de partialité et de corruption… le résultat sera l’incendie de sa maison. Heureusement, sa famille n’y habite pas. Il perdra tout de même des documents importants, dont tous ses diplômes.

Le Comité central du RDPC a été saisi et une enquête policière a été ouverte pour déterminer les responsabilités pour atteinte à l’intégrité physique du représentant du chef de l’Etat à Bengbis et trouble à l’ordre public, tentative d’assassinat.

L’élection aura lieu ce samedi avec une seule liste…

#Crise #RDPC #Cest #pourquoi #maison #souspréfet #Bengbis #été #incendiée

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: