CRTV : le malaise anglophone

0

Les récentes nominations ont ravivé la polémique sur la place des professionnels anglophones au sein de la National Radio-Television Office (CRTV).

« La frustration des anglophones est à son comble ! Le titre a fait la une du journal The Horizon le 28 juin. Selon nos confrères, les journalistes anglophones ont eu peu de goût à remplacer l’ancien directeur central anglophone de Radiopool par un exécutif francophone. Plus prosaïque : le retour de François Marc Modzom à la radio à la place de George Ewane est annulé. Cependant, il ne faut pas croire que les tenants de la thèse de la marginalisation préfèrent Ewane en tant que tel. Directeur de cabinet, universitaire proche du pouvoir, l’enseignant au département d’anglais de l’université de Yaoundé 1 a été nommé conseiller technique à la présidence de son poste de directeur adjoint de la présidence deux semaines avant son remplacement par un Modzom. Institut de formation et de préservation du patrimoine audiovisuel, sorte de garage, où l’ancien rédacteur en chef du National Post a été rétrogradé il y a six ans.

D’une part, le regret frustré que le Conseil des gouverneurs n’ait pas choisi de proposer un remplacement de l’anglais vers l’anglais. Par contre, hormis le lot de consolation qu’aurait pu être la présence d’un anglophone au poste de directeur central du Pôle radio, une rumeur sourde circule dans les rangs du personnel anglophone qu’il n’y a pas d’anglophone pas de directeur exécutif poste à la CRTV. Une accusation difficile à mesurer compte tenu de l’incertitude qui plane encore sur l’organigramme de l’agence. Au moins peut-on constater que les récentes nominations semblent avoir soigneusement esquivé les professionnels anglophones de la maison « quitte à confirmer les retraités » et à responsabiliser les nouvelles recrues, on s’étrangle dans la presse anglophone. Jean Atangana et Ghislain Pierre Essono l’apprécieront.

LA DÉFENSE DE CHARLES NDOGO

Les chaînes de radio, de télévision et Web de la CRTV ont abondamment commenté les décisions du conseil d’administration – ordinaires et extraordinaires – qui ont conduit à ces nominations controversées. Les commentaires portaient davantage sur la nécessité pour l’entreprise de se conformer à la couverture de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations prévue pour le début de l’année prochaine. Oui, mais au prix de sacrifier la coexistence à toutes les étapes de la prise de décision ? Charles Ndongo a été contraint de se défendre lors de l’installation des fonctionnaires nouvellement nommés. « Le débat actuel sur la propension à la confiscation de la CRTV par une certaine communauté ne résonnera jamais en moi », a-t-il tenté de me rassurer.

Le PDG laisse implicitement entendre que les personnes choisies pour l’aider à accomplir sa mission ont été choisies en fonction de leurs capacités et de leur expérience. L’idée qui en ressort est que le savoir-faire est tellement universel qu’il peut se concentrer – ou donner l’impression – en une seule communauté. En tout cas, l’option est que la démarche de la CRTV soit « de promouvoir les valeurs humaines et culturelles de toutes nos cultures ». Avec ou sans les anglophones à côté du capitaine ? Cette dernière question inspire les discussions les plus sérieuses au sein du Conseil d’administration.

#CRTV #malaise #anglophone

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.