Dérapage de la CAN 2019 : voilà pourquoi Paul Biya ne décolle pas

0

• Paul Biya est toujours en colère

• Il n’a pas pardonné Eto’o, l’humiliation de 2019

• D’autres dossiers ont compliqué le cas de Samuel Eto’o

Depuis les incidents de la cérémonie d’ouverture de la 33e édition de la CAN, à chacun son commentaire. Alors que pour certains, Samuel Eto’o risque de voler la vedette au président de la république, d’autres pensent que sa disparition le 9 janvier s’explique par ses démêlés avec le président sortant de la Fecafoot, un proche de la famille présidentielle. Ce n’est pas le cas selon les révélations du lanceur d’alerte Patrice Nouma. Au contraire, l’ancien militaire et membre de la garde présidentielle invoque une revanche savamment préparée par le chef de l’Etat. Paul Biya n’aurait pas digéré les promesses non tenues qui lui ont été faites en 2019. En effet, certaines personnalités auraient pris de l’argent à la présidence de la république pour garantir à Paul Biya que la compétition internationale se tiendrait en 2019. Dès le premier peloton, le chef de l’Etat se serait senti trahi.

« Après avoir pris de l’argent du trésor de Biya pour que la CAN ait lieu, et si la CAN était presque déplacée, ils devraient donc se battre pour justifier pourquoi ils ont pris l’argent. Quel mérite ont-ils ? La CAN n’a pas eu lieu « Le président a été humilié. C’est un homme odieux. Il a été humilié. Tant qu’il vivra, les gens qui l’ont fait humilier publiquement paieront », révèle-t-il.

En décembre 2021, le nouveau président de la Fecafoot Samuel Eto’o faisait partie de la délégation conduite par le président de la CAF, Patrice Motsepe, pour rencontrer Paul Biya. Si, pour certains, cette visite démontre la qualité de la relation entre l’ancien attaquant et le locataire du Palais de l’Unité, elle confirme en fait la brouille entre les deux personnalités. Selon le secret des sources avec la présidence de la république, Samuel Eto’o n’a pas rencontré Paul Biya lors de son dernier déplacement à Etoudi. Seul Motsepé était autorisé à consulter le président de la République. Samuel Eto’o, qui a toujours considéré Biya comme son père et qui est aussi un habitué, a cette fois été sollicité pour prendre sa place dans la salle d’attente.

rapports accablants

L’absence de Samuel Eto’o de la tribune officielle lors de la cérémonie d’ouverture de la 33e édition de la CAN a confirmé, pour ceux qui en doutaient encore, la froideur entre Etoudi et le nouveau président de la Fecafoot. Plusieurs faits sont reprochés à celui qui s’est servi de son carnet d’adresses pour empêcher à la dernière minute un nouveau « glissement » en Coupe d’Afrique des Nations tant convoité par son pays.

« D’après toutes les informations que nous avons reçues, que ce soit la CRTV ou le président de la Fédération africaine de football, Patrice Motsepe, il est interdit de prononcer le nom de Samuel Eto’o », révèle le journaliste Remy Ngono, qui indique que trois rapports accablants ont été présentés. à Paul Biya à propos de Samuel Eto’o.

Le match Cameroun-Côte d’Ivoire

Les images de l’accueil réservé à Samuel Eto’o alors qu’il entrait au stade Japoma le 16 novembre 2021 pour assister à la rencontre Cameroun-Côte d’Ivoire ont été remises à Biya comme preuve des ambitions présidentielles d’Eto.

« Nous avons apporté à Paul Biya des vidéos de Samuel Eto’o du 16 novembre 2021, où il est au stade Japoma pour le match Cameroun-Côte d’Ivoire. Alors qu’il était dans le stade, le public s’est mis à chanter : « Samuel Eto » Oh, président », rapporte le journaliste.

sangmelima

Au lendemain de son élection à la tête de la Fecafoot, alors que plusieurs chefs de gouvernement avaient misé sur Seidou Mbombo Njoya, un ami de la famille présidentielle, Samuel Eto’o s’est rendu à Sangmélima où il a été accueilli à la tête de l’Etat.

« Samuel Eto’o se rend à Sanguelima où son entrée est digne d’un chef d’Etat. Mais la région sud est celle de Paul Biya. Cette vidéo a été renvoyée au président de la République pour lui dire que Samuel Eto’o devient de plus en plus menaçant », révèle Rémy Ngono

le couronnement

En tant que fils, Samuel Eto’o marche dans les pas de son « père », Paul Biya. Comme lui, il s’est rendu auprès des chefs traditionnels du pays pour obtenir leur bénédiction avant de lancer la campagne pour le poste de président de la Fécafoot. Ce geste avait été posé par Paul Biya en 1982 lors de son arrivée au pouvoir.
« Pour l’élection de Samuel Eto’o, il fera le tour des régions du Cameroun. Nous réalisons qu’il sera béni par les chefs traditionnels ou Paul Biya pour arriver au pouvoir a été béni par les chefs traditionnels », a déclaré le journaliste.

Pour les détracteurs de Samuel Eto’o à Etoudi, le nouveau président de la Fecafoot n’a pas l’intention de la laisser à la direction du football camerounais. Son ambition serait de détrôner le chef de l’Etat. Il est donc devenu une cible qu’il faut surveiller et neutraliser si nécessaire.

#Dérapage #voilà #pourquoi #Paul #Biya #décolle #pas

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire