Drame : Il meurt dans un bus de transport lors d’un voyage

0

Boubacar Sadiki est décédé dans des circonstances difficiles alors qu’il tentait de rejoindre Yaoundé dans un bus de transport en provenance de Ngaoundéré.

Pour son dernier voyage en tant qu’être vivant, Boubacar Sadiki n’arrivera jamais à destination. Sa dernière prière sur terre a été faite à Bagofit, une petite ville non loin de la ville d’Abong-Mbang, dans le département du Haut-Nyong, dans la région du Cameroun oriental. C’est ici, à mi-parcours, que son corps a été découvert allongé sur l’asphalte, non loin d’une touffe d’herbe encore couverte de la rosée matinale de ce mardi 30 novembre 2021.

Il se serait effondré après avoir accompli la première des 5 prières quotidiennes de l’Islam. Celui de l’aube (Fajr) Tout s’est bien passé jusqu’à présent, dans ce bus de transport de la société Tourist Express, parti la veille vers 18 heures de Ngaoundéré, dans la région de l’Adamaoua.

La soixantaine de passagers à bord étaient en route pour Yaoundé. Albert M. était assis derrière Boubacar Sadiki et ne se doutait de rien. « À chaque arrêt, il descendait pour se dégourdir les jambes et acheter des collations », raconte-t-il.

A quatre heures et demie, le bus était parti pour la région de l’Est, lorsque le chauffeur a de nouveau arrêté son véhicule pour satisfaire le travail des croyants musulmans, comme il est de coutume sur cette route nationale n°10.

« Tous les passagers qui sont partis ont regagné leur siège. Nous attendons avec impatience depuis plus de 30 minutes », a déclaré un autre voyageur. Quelques personnes sont allées le chercher. Son corps sera retrouvé à 150 mètres de l’arrêt, inerte.

Boubacar Sadiki a fait ce déplacement dans la capitale avec sa fille. Une jeune étudiante, à peine dans la vingtaine. Père et fille étaient assis côte à côte sur la même chaise. Albert M., le voisin du fond, témoigne qu’ils ont basculé du jour au lendemain sans interruption. Le choc a été intense pour elle.

Billet aller-retour pour Ngaoundéré

Avec les restes de Boubacar Sadiki comme colis encombrant, les autres passagers ne pouvaient plus prétendre à un voyage en douceur. L’alerte a été donnée à la gendarmerie de Bagofit. Les pandores de service accoururent immédiatement.

Après quelques coups de téléphone et une série d’interrogatoires, le voyage vers Yaoundé a pu enfin reprendre à 7h30. Le corps de Boubacar Sadiki était en préparation pour le retour à Ngaoundéré. Aux dernières nouvelles, il y sera enterré, même si les circonstances de sa mort restent floues. Triste réalité.

#Drame #meurt #dans #bus #transport #lors #dun #voyage

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: