Drame : un officier supérieur de l’armée camerounaise a été abattu lundi

0

<p style= »clear:right » id= »article-123″> • Plusieurs militaires camerounais ont été tués lundi

• A Kousseri. affrontements avec des hommes armés

• Ces tensions sont susceptibles d’affecter CAN 2021

Les habitants de Kousseri, ville de l’extrême nord, plus précisément du département du Logone-et-Chari, ont vécu une nuit mouvementée. De nombreux coups de feu ont été entendus pendant de longues minutes. Selon des sources locales, cette nouvelle attaque n’est pas l’œuvre du groupe armé Boko Haram, dont les raids dans cette partie du pays sont fréquents. Le lanceur d’alerte N’zui Manto, diffusant les premières et rares images de ces affrontements entre groupes armés inconnus et l’armée, annonce la mort du major gendarme MARC NKONSO et du militaire ABENA Théophile au service de la Légion du Grand Nord. Les deux hommes en uniforme sont morts, l’arme à la main.

le flou

La situation à Kousseri reste préoccupante et les informations ne font que ruisseler. Les attentats de lundi à mardi soir ont fait plusieurs victimes, même s’il est pour l’instant impossible d’en dresser un bilan exhaustif. Des sources annoncent le décès du fils du gouverneur de l’Extrême-Nord et de la fille du préfet du lieu.

« Le fils du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Alioum Bakary, un fournisseur d’armes de Boko Haram, aurait été assassiné dans une boîte de nuit. La fille du préfet du logone et Chari serait également décédée », rapporte N’zui Manto.

Aux dernières nouvelles, la situation s’est détériorée avec l’arrestation d’un citoyen arabe, Chao. « L’arrestation d’un arabe Choa par les militaires met le feu aux poudres de kousseri, ponctué de fractures, d’incendies et de coups de feu », a précisé la source.

CAN 2021

Les affrontements de cette nuit-là à Kousseri sont donc liés aux tensions entre les communautés qui ont été enregistrées début décembre. Les groupes ethniques arabes Chao et Mousgoum ont été engagés dans de violents combats qui ont tué des dizaines de personnes et déplacé des milliers. L’afflux de ces réfugiés au Tchad avait poussé le président Mahmat Idriss Deby à déclarer l’urgence humanitaire. Ces actes de violence confirment les analyses des spécialistes camerounais qui ont alerté la communauté internationale sur les risques sécuritaires au Cameroun lors de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations. En dehors de ces conflits intercommunautaires, le Cameroun fait face aux attaques du groupe islamiste Boko Haram. Les séparatistes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun entendent également perturber le bon déroulement de la CAN 2021.

#Drame #officier #supérieur #larmée #camerounaise #été #abattu #lundi

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: