Etoudi : Découvre cet homme qui faisait tant peur à Paul Biya ?

0

Depuis plusieurs mois, des proches du président de la République Paul Biya sont cités dans de nombreux scandales financiers (construction du stade d’Olembe, gestion des fonds Covid, organisation de la CAN, etc.). Ces nouveaux scandales ne cachent pas les pratiques actuelles du régime, qui permettent aux politiciens et aux militaires autour du président de la République d’amasser des fortunes.

Pendant plusieurs années, les grandes oreilles du président de la République ont laissé croire au chef de l’État que le putschiste redouté Guérandi Mbara était sur le point de commettre un autre crime. Le jeune ancien capitaine de l’armée camerounaise, soupçonné d’être à l’origine du coup d’État de 1984, a en fait réussi à s’échapper dans la nature. Dès que l’occasion se présente, il apparaît dans les médias pour menacer le régime de Yaoundé. Les collaborateurs de Biya utilisent ces menaces pour organiser des missions spéciales qui n’ont jamais été concluantes.

« Sachant que Biya est sensible aux questions de sécurité, ils agitent le risque de déstabilisation pour réclamer des financements pour des opérations non remboursables.

D’autres prétendent pouvoir persuader le réfugié de retourner à Yaoundé en échange d’un portefeuille ministériel… Rien de tout cela ne se passe. Les millions affluent, l’opposant rejette toute idée de retour. Au fil des années, sa capacité à échapper aux services spéciaux camerounais a fait de lui une légende. Son intransigeance a entretenu la méfiance du gouvernement envers le Grand Nord. Elle a aussi réconforté les faucons de l’armée qui voulaient sa peau », rapporte Jeune Afrique.

Le magazine panafricain annonçait alors l’enlèvement et le transfert de Guérandi Mbara au Cameroun. Cette version n’a jamais été confirmée par la famille du militaire, jetant le doute sur sa capacité à causer du tort.

 » Déjà dans une interview accordée par Lhamna Sadou, le frère cadet du capitaine Guerandi Mbara, au journal  »Le Septentrion Infos », notamment dans son numéro 97 du 18 au 21 septembre 2014 : ce dernier dément Information : « Je ne confirme pas la nouvelle du meurtre de mon grand frère.

Le frère cadet du capitaine Guerandi Mbara étaye son argument en disant que la dernière fois qu’il a eu des contacts avec son frère aîné, c’était en novembre 2013.

Rf: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire