Hausse du prix du litre d’huile alimentaire dans la ville de Ngaoundéré

0

1500 FCFA est le prix du litre d’huile alimentaire Diamaor produit par la société camerounaise de développement du coton (Sodecoton). Une augmentation de 300 FCFA selon les commerçants de la ville de Ngaoundéré, dans la région de l’Adamaoua. Dans les supermarchés comme dans les marchés et commerces de proximité c’est le prix indiqué depuis quelques jours.

« Ne me regarde pas comme si j’essayais de t’arnaquer. C’est le prix, le même dans les commerces de proximité depuis décembre 2021 », explique Ahmadou, commerçant du petit marché de Ngaoundéré. Selon l’explication des commerçants de Ngaoundéré, le carton de 15 litres d’huile Diamaor coûte désormais 20 000 FCFA depuis décembre 2021. Ce prix est déterminé par la Sodecoton et le représentant régional du Mincommerce de l’Adamaoua », ajoute-t-il.

Selon les commerçants, cette situation a été provoquée par la Sodecoton et les sous-traitants de l’entreprise avec la complicité des responsables du Mincommerce. Les victimes de cette hausse des prix ne sont autres que les consommateurs. Les ménagères rencontrées au petit marché de Ngaoundéré sont amères contre la société cotonnière qui produit l’huile de Diamaor et les responsables du Mincommerce qui restent passifs face à la situation.

« Les prix sont les mêmes dans tous les magasins. Dans les supermarchés, le litre d’huile Diamaor coûte 1500 FCFA. Après tout, il n’y a personne dans ce pays pour protéger le consommateur. Tout s’agrandit chaque jour », explique Mairamou, une femme au foyer de Ngaoundéré. Dans trois grandes parties de la ville de Ngaoundéré, les prix dans les boutiques du marché et dans les sous-quartiers sont les mêmes. Chez City-Market, un litre d’huile de la marque Diamaor et Azur coûte 1600 FCFA.

Non loin de là, à la supérette populaire, les prix affichés sur les surfaces sont de 1500 FCFA pour Diamaor et 1550 FCFA pour l’huile de cuisson de marque Mayor. La situation est identique sur le grand marché de Ngaoundéré. Les commerçants expliquent que le prix pratiqué est le prix conseillé par la délégation commerciale régionale et selon l’achat de cartons d’huile alimentaire achetés en vrac.

« Nos prix sont basés sur le carton de 15 bouteilles que nous achetons. Aujourd’hui, l’huile Diamaor est à 20 000 FCFA la caisse. Maire de Douala à 20500 FCFA. Nous sommes obligés de vendre le litre au prix affiché. Les chefs de la délégation commerciale sont au courant », explique le responsable alimentaire de Boumdjere.

A la délégation commerciale d’Adamaoua, la brigade de contrôle des prix explique qu’elle travaille tous les jours sur les marchés pour éviter des hausses de prix excessives. Selon les responsables de la brigade de contrôle de la Délégation Régionale du Mincommerce de l’Adamaoua, cette augmentation est le fait de certains commerçants voyous.

« Nos services travaillent chaque jour pour respecter les prix. Nous obligeons les commerçants à toujours marquer les prix sur les étiquettes », a-t-il déclaré sans commenter le prix approuvé en vigueur pour l’huile comestible. Une autre source à la délégation régionale du Mincommerce a confié sous anonymat que les prix actuels du litre d’huile de Diamaor ont été déterminés depuis Yaoundé.

L’objectif est d’égaler le prix des huiles de cuisson produites par d’autres entreprises du secteur. Dans la commune de Tignère, département de Faro et Déo, le prix du litre d’huile de cuisson varie entre 1600 et 1700 FCFA. Les nombreuses tentatives pour rencontrer le député régional du Mincommerce de l’Adamaoua sont restées vaines.

#Hausse #prix #litre #dhuile #alimentaire #dans #ville #Ngaoundéré

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire