Henri Eyebé Ayissi pris en otage par les apprentis sorciers

0

A l’heure où de nombreuses réformes sont engagées pour moderniser la gestion étatique, cadastrale et foncière au profit des Camerounais, il ne se passe pas un jour sans que le ministre Henri Eyebé Ayissi ne soit pris dans les coffres de la presse à gages.

En effet, franc-tireurs et indolents sont à l’œuvre pour ternir l’image du dernier bastion de la lutte contre le pillage de la terre, patrimoine mobilier et immobilier de l’État.

L’acquisition de terres à des fins spéculatives, le règne d’une élite prédatrice, est contrecarrée depuis quelque temps par les réformes initiées par Henri Eyebé Ayissi, le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf).

Dans le royaume des mangeurs de moutons, ceux qui mangent de l’herbe sont coupables du crime de lèse-majesté. Ils doivent être sacrifiés pour le bien de la communauté. Et dommage si, pour expier les péchés, il faut sacrifier une personne innocente.

Nous avons besoin d’un manager, d’un bouc émissaire. Henri Eyebe Ayissi est avant tout un envoyé du Président de la République pour lutter contre l’accaparement des terres à des fins spéculatives comme un phénomène de mode, les abus qui prennent racine dans les médias nationaux, la presse s’est taillé une cible par défaut. Cependant, ces comportements déviants qui conduisent au lynchage de personnalités nationales et étrangères sont hautement répréhensibles et rejetés par l’éthique et la déontologie qui régissent la profession.

Surfant sur le remaniement ministériel qui approche, certains, instrumentalisés par d’autres ombres dans l’ombre, polissent leurs armes. Confortablement installés derrière des bornes numériques, ils passent le plus clair de leur temps à cracher de la folie chez Mindcaf.

La dernière trouvaille de ces snipers est une affaire foncière entre deux familles dans le village de Toutouli dans le quartier Yaoundé 4. Ce cliché indique que le membre du gouvernement avait un intérêt particulier dans ce conflit foncier.

Le titre de l’article « Le ministre des Domaines Eyebe Ayissi accusé d’avoir comploté sur 17 ha de terrain », accuse clairement la Mindcaf de manœuvres trompeuses s’intéressant à cette affaire. Et pourtant, selon nos sources, il s’agit de quelque chose de complètement différent.

La querelle repose sur cette fausse inscription établie sur la base des fausses déclarations d’Ondoa SIMI Grégoire et de son frère SIMI Manga Joseph. Selon les recoupements effectués à Toutouli, les deux frères ont bénéficié d’un don de 6 ha des ancêtres de Tsama Mveme Fidele. En 2009, ils violent tout et vont plus loin et abattent encore 11 ha.

Ils comprennent le site de Tsama Mveme et parviennent à obtenir un titre foncier de 17 ha 39a 212ca. Le Tsama Mveme, qui était au courant, a saisi le tribunal administratif du centre pour suspendre les effets du faux titre foncier. En 2016, le tribunal administratif tranchera. Les Tsama Mveme ont raison.

Le tribunal a ordonné une enquête cadastrale, à la suite de laquelle l’affaire a été examinée pour des conclusions ultérieures. Le syndic du Mfoundi B attire l’attention de son ministre sur les irrégularités et l’opposition à la nouvelle demande de propriété foncière déposée par Ondoa SIMI devenu Ondoa Ondo Grégoire.

En attendant l’arrêté ministériel dont il a ourdi les investigations sont toujours en cours, voici que les journaux sont sans doute instrumentalisés par l’une des parties à l’affaire cherchant à influencer l’arrêté ministériel, leur verdict sur le Mindcafé.

C’est à l’insu du grand greffier de l’Etat, à l’expérience longuement éprouvée au sein du gouvernement, où pour la deuxième fois il occupe le maroc en charge du domaine, du cadastre et des affaires foncières. Ces ennemis de la République ne détournent pas le ministre Eyebe Ayissi de ses préoccupations actuelles.

Entre autres, les axes des réformes prioritaires mises en œuvre et suivies par Mindcaf : modernisation du foncier, du cadastre et de la gestion foncière à travers la mise en œuvre d’un programme global de numérisation ; renforcer la sécurité du domaine public et des documents fonciers en les numérisant et en mettant en place un réseau automatisé entre les organismes de gestion du foncier.

L’achèvement de la réforme agraire de l’État, la poursuite de la mise en œuvre du programme de réserve foncière, la mise en place et le développement des lotissements de l’État font également partie de ses préoccupations. Priorités énoncées dans la Stratégie nationale de développement pour 2020-2030 (Snd 30).

Face aux manœuvres de ces criminels en col blanc, Henri Eyebe Ayissi poursuit. Il n’a pas l’intention de baisser sa garde. Renforcé en cela par le nouveau Snd 30 qui prévoit la transformation structurelle de l’économie par des changements fondamentaux dans les structures économiques et sociales, pour promouvoir un développement endogène et inclusif tout en préservant les opportunités des générations futures. La seule boussole d’Henri Eyebe Ayissi : Atteindre les objectifs du président Paul BIYA.

#Henri #Eyebé #Ayissi #pris #otage #par #les #apprentis #sorciers

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: