Humiliation d’Eto’o à Olembé : ‘Jeune Afrique’ confirme le plan d’Eto’o pour sauver Paul Biya

0

• Le plan mijotait à Etooudi

• Aucun détail n’a été laissé

• Jeune Afrique fait de vives révélations

Ce qu’il faut désormais appeler l’affaire de l’humiliation de Samuel Eto’o n’a pas encore livré toutes ses révélations. Chaque jour, nous avons une idée de ce qui s’est réellement passé. Et incontestablement, tout laisse entendre que tout a été soigneusement pensé et concocté depuis le Palais Etooudi pour que Samuel Eto’o ne fasse pas de l’ombre au président de la République Paul Biya. Jeune Afrique le révèle dans une publication récente.

« Mais où était Samuel Eto’o le 9 janvier ? C’est la polémique autour du lancement de la CAN. Récemment élu président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), l’ancien footballeur n’a pas été vu sur les écrans de la télévision nationale, ni sur celle du stade Olembe de Yaoundé lors de la cérémonie et du match qui a opposé le Cameroun et le Burkina Faso, pourtant Eto’ o était en effet présent sur la plateforme présidentielle, non loin de Paul et Chantal Biya, mais aussi Azali Assoumani, le président des Comores. Pourtant, le triple ballon d’or africain est souvent emmené aux vestiaires pour soutenir les joueurs avant le match et pendant la pause. La CRTV, les caméras de la télévision nationale, leur a-t-on dit de l’éviter ? demanda Jeune Afrique.

Le confrère a souligné le rôle prépondérant du ministre Pierre Ismaël Bidoung Kpatt en charge. « Il est vrai qu’une partie du système s’est toujours méfiée du phénomène Eto’o. Parmi eux le ministre de la Culture, Pierre Ismaël Bidoung Kpatt. En tant que propriétaire du défilé, il a acheté 38 000 billets, soit près de la moitié des sièges disponibles, qu’il a généreusement attribués aux militants du parti au pouvoir, le RDPC. ouvrir cette CAN au prix de 3.000 milliards de F CFA, imaginée et mise en scène comme la consécration de ses quatre décennies au pouvoir. Il aurait en effet été de très mauvais goût et – hors de question – que le public scande « Eto’o, president » en présence du président Biya. D’ailleurs, l’ex-footballeur lui-même est le premier à anticiper cela. D’où son exil au vestiaire », explique Jeune Afrique.

#Humiliation #dEtoo #Olembé #Jeune #Afrique #confirme #plan #dEtoo #pour #sauver #Paul #Biya

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire