Insécurité : les Français manifestent à Kribi

1

Ils condamnent le « meurtre » de leur compatriote qui a été assassiné par des inconnus dans sa maison dans la nuit de jeudi à vendredi

L’hôpital du district de Kribi a été perquisitionné aux premières heures du matin par des résidents français dans la ville balnéaire de Kribi samedi dernier. Ils sont indignés par les circonstances de la mort de leur compatriote décédé dans sa maison au bord de l’eau dans le quartier d’Elabé. Ils étaient dirigés par le consul honoraire Abdul Kader. « Mme Lemaire n’a eu aucun problème particulier, ses enfants sont en France ; à part le cambriolage dont il a été victime il y a deux mois et pour lequel nous avons fait un signalement. C’est un meurtre délibéré, je pèse mes mots, le criminel était là pour le tuer ; l’intention était claire, M. LemairE a reçu cinq coups de couteau, dont trois au cœur ». L’un des manifestants témoigne. Dans leur mouvement de protestation sans communiqué préalable, ils seront rejoints par le sous-préfet de Kribi I Bertrand Foe Ndono et une équipe de policiers. L’instance dirigeante, plutôt que de réprimer cette manifestation, comme d’habitude avec les manifestations dites illégales, a auparavant pris le temps de rassurer les Français que des mesures sont prises pour retrouver les auteurs, ainsi que pour leur propre sécurité dans leur ville d’accueil. . .

L’affaire

Depuis vendredi matin, la demoiselle Lorraine Marthe Guiadem Toham, « une de ses nombreuses amies », est en garde à vue au commissariat central de Kribi, en tant que principale suspecte du meurtre de Lemaire Pascal Grégoire, né le 6 juillet. 1955 à Doulens, France. Elle était aussi seule avec lui la nuit du crime.

Des sources concordantes parlent de deux individus non identifiés qui auraient frappé à la porte blanche lorsque la chérie est entrée dans la chambre ce soir-là après avoir joué un bon jeu dans le salon. Il ne retournera jamais à sa « beauté nocturne », puis sa vie prendra fin lorsqu’il recevra ces inconnus qui n’ont pas fouillé la maison et n’ont rien emporté avec eux. Chéquier, carte bancaire et autres effets personnels sont restés intacts.

Après avoir passé des années à Yaoundé et Douala, Lemaire, dont les documents personnels ne contiennent aucune information sur aucune activité, a finalement laissé ses valises à Kribi, sans femme ni enfant, dans une maison qu’il loue en bord de mer. Ses compatriotes témoignent qu’il a pris sa retraite sans vouloir abandonner son ancien métier, et qu’il s’est installé à Kribi en raison du beau climat et du coût de la vie abordable.

Si l’acte criminel des Français est unanimement condamné, plusieurs observateurs restent curieux de comprendre l’opportunité de cette manifestation non déclarée, alors même que toute l’administration se met en branle pour retrouver les coupables.

#Insécurité #les #Français #manifestent #Kribi

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

1 COMMENT

  1. Fake news. Il s’agissait d’un hommage a la personne décédée très digne et respecteux avec un petit discours simple à la mémoire de la personne disparue et fait .a la morgue. Rien a voir avec une quelconque manifestation. Quel intérêt a propager des mensonges ? Avec cette connotation raciste pour exciter les autres. Au Cameroun ne peut on plus respecter les morts ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: