‘Je ne suis pas Georgette mais je plais à Eto’o, en moi il trouve ce qu’il ne trouve pas en elle’

0

Cette déclaration a été faite par l’un des exen les plus célèbres de l’ancien capitaine des lions indomitaires du Cameroun. C’est l’une des phrases de Nathalie Koah dans son livre Revenge Porn, un livre dont la publication est interdite.

Chaque fois que nous lisons ce livre, nous découvrons cette vie de Samuel Eto’o, que seules quelques Camerounais peuvent imaginer, comme si c’était la première fois.

L’équipe éditoriale de Camerounweb vous propose un extrait du livre dans lequel Nathalie Koah Georgette, la femme et la mère des enfants de Samuel Eto’o, se réunit pour la première fois. Imaginez la peur et le scandale qui auraient pu se produire.

«À la mi-temps, je suis invité à aller au VIP Lodge. Une poignée de personnes privilégiées qui ont été sélectionnées par les joueurs ou le personnel peuvent profiter de rafraîchissements et d’un buffet offert par l’association.
Sonor ne m’a pas suivi, mais d’autres amis et son petit frère sont présents. Nous allons au bar pour commander un verre. Je m’assois sur un tabouret attaché au comptoir. Quand je me retourne, je vois une femme assise sur le canapé suivant. Son visage me semble familier. Elle porte quelques bottes Overkne qui s’étendent à une jupe noire plissée et un chemisier blanc très élégant.

C’est grand, avec beaucoup de présence. Un bébé et une fillette de trois ou quatre ans l’accompagnent. Mon sang gèle dans mes veines. Georgette est là, à trois mètres de moi. Je sens à quel point son look me regarde. Je veux courir et me cacher sous un tapis. Ses yeux recherchent toujours le mien. Je dois rester, bien sûr et ne pas montrer la panique qui monte mon estomac ensemble. Je contacte David pour commencer une conversation dénuée de sens.

J’ai le sentiment qu’un phare me brille. Les secondes passent à un rythme d’escargot. Je sens comment elle se lève pour aller aux toilettes. Ton chemisier me déshabille. Mes temples commencent à chauffer avec nervosité. Reste calme. À son retour, le coup de sifflet de l’arbitre a sonné et a annoncé la reprise du jeu. Je suis le premier à me lever. Quand je quitte la pièce, je ne peux pas m’empêcher de jeter un dernier coup d’œil dans sa direction. Il attire un beau manteau de fourrure avec une grâce majestueuse.

Quelle élégance, quel charisme! Quand je reviens chez moi, j’étais un peu déprimé. Plus que l’embarras ou la honte, c’était l’intimidation que je ressentais devant elle. Cette pensée me fait mal. Comment être debout? Je reviens à la réflexion. Je ne suis pas un Careton, mais j’aime Samuel. Il doit trouver quelque chose en moi qu’il n’y trouve pas. Peu importe ce que. Je vais supporter ça.  »

Rf:camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire