Justice : La SRC et la vente controversée d’un immeuble pour 802 millions de F.

0

L’affaire concerne une collecte par la Société camerounaise de récupération. Maîtres Memong et Ngai, les avocats de l’Entreprise Générale ? du Bâtiment (EGB) sont amers. Ils contestent la manière dont le tribunal de district du Mfoundi (TGI) a procédé à la vente aux enchères judiciaire d’une propriété bâtie sur une superficie de 10 331 m2 dans la localité de Ngoulmakong de leur client.

Après une âpre bataille juridique pour le Mfoundi TGI, la Société camerounaise de gestion immobilière (Sogim Cam) est l’heureuse bénéficiaire de l’immeuble litigieux pour lequel elle a payé la grosse somme de 802 millions de francs pour l’achat. La vente controversée a eu lieu devant un jury du TGI le 3 novembre 2021.

Lors des précédentes audiences, le TGI avait autorisé la vente aux enchères de l’immeuble litigieux, sauf que le collectif d’avocats de l’EGB avait contesté cette décision. Le 3 novembre 2021, ces avocats ont demandé au tribunal de suspendre la vente judiciaire rejetée dans l’attente d’une évaluation financière pour déterminer le montant réel de la créance que la Société de Recouvement des Créances (SRC) réclame effectivement à leur client. .

En effet, les avocats d’EGB estiment que le montant de la dette que la SRC balance, soit 400 millions de francs, n’est pas fondé sur des motifs objectifs. Ils soulignent également qu’aucune publicité n’a été faite pour annoncer la vente aux enchères de l’immeuble en question au grand public. Pour les avocats d’EGB, cette vente viole les dispositions légales de l’Acte Uniforme Ohada.

Ventes irrégulières ?
Selon les manifestants, le conflit entre le propriétaire de l’immeuble vendu et la SRC a commencé avec une dette de 100 millions de francs allouée par la Sgbc à l’EGB en 2000, qui a ensuite été mise en liquidation. Après que la SRC a commencé à recouvrer les dettes de la banque, elle a conclu un bail avec un locataire de l’immeuble litigieux pour percevoir les honoraires mensuels de 300 mille francs.

Le bail aurait duré 21 ans, surprenant les avocats que la dette initiale de 100 millions s’élève curieusement à 400 millions de francs, malgré les différents remboursements. Ils s’étonnent également du fait qu’après l’enchère contestée, le reste de la vente n’a pas été restitué à leur client.

La SRC, par l’intermédiaire de son avocat, ne partage pas les arguments de la partie adverse. Il est d’avis que les avocats d’EGB n’ont pas présenté les causes réelles et juridiques qui justifient le report de la vente aux enchères de l’immeuble en question. Il souligne que selon la Cour commune de justice, le pourvoi dans cette affaire n’est pas suspensif. Ainsi, la décision attaquée doit s’appliquer, sous réserve des exceptions prévues par la loi.

L’avocat demande au tribunal de rejeter la demande de remise de l’EGB et de poursuivre la vente aux enchères. « L’approche de nos collègues est un retard. Il faut mettre un terme à cette affaire qui dure depuis trop longtemps », a souligné l’avocat de Radio-Canada. Le tribunal qui a suivi a rejeté la demande d’EGB et a autorisé la vente. Sogim Cam est le seul concurrent dans cette vente et est devenu le nouveau propriétaire de l’immeuble sous titre foncier 7907 / Mfoundi. « 

#Justice #SRC #vente #controversée #dun #immeuble #pour #millions

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire