Justice : Tenor fait d’autres révélations au tribunal

0

• Tenor est toujours incarcéré

• Il raconte au juge ce qui s’est réellement passé le 15 juillet.

• La famille d’Erica ne croit pas à la thèse de l’accident

Lors de sa dernière comparution devant les juges, l’artiste Tenor a plaidé coupable d’homicide volontaire et a abandonné son projet de demander une mise en liberté provisoire. La rédaction de CameroonWeb apprend que l’artiste impliquée dans l’accident qui a tué la jeune Erica Mouliom est revenue sur les circonstances du drame lors de l’audience. Selon son explication, ils sont trois dans le véhicule le 15 juillet 2021. Lors de l’audience, il a expliqué qu’il préférait rentrer chez lui s’il commençait à se fatiguer. Sur le chemin du retour, il a déclaré qu’il avait complètement perdu le contrôle de sa voiture.

« Ce soir-là, j’ai eu un concert à l’Institut français du Cameroun (IFC). Les fans nous ont suivis après le concert. L’une d’entre elles m’a dit qu’elle avait des amis qui voulaient prendre une photo avec moi et en a profité pour organiser une surprise d’anniversaire pour mon chauffeur. Nous étions dans le couloir de l’hôtel.

Après mes rendez-vous vers 3 heures du matin je déposais une des personnes que j’allais rendre visite à Bonamoussadi. Ceux qui étaient à la fête m’ont dit qu’ils étaient au snack Mermoz. J’y suis allé pour honorer l’anniversaire de mon chauffeur. Les boissons étaient fournies par le propriétaire.

Au vu de la fatigue, j’ai décidé de rentrer chez moi. Nous étions dans la voiture avec mon amie et la jeune Erica. Sur cet axe j’ai complètement perdu le contrôle du véhicule et c’est après le drame. J’ai repris connaissance à l’hôpital », explique-t-il.

La famille d’Erica parle de meurtre

Dans sa requête du 3 août 2021 adressée au Tribunal du grande du Wouri à Douala, Jean George Moulioum, le père d’Erica décrit l’état dans lequel il a retrouvé le corps de sa fille.

« Que, alors qu’il s’apprêtait à prendre la route de Foumbot, il a été informé par téléphone vers 8h30 du matin que sa fille était décédée des suites d’un accident sur la voie publique et qu’elle serait carbonisée dans le véhicule en circulation. « Ténor ». Que lorsqu’il s’est rendu à l’hôpital de Laquintinie pour récupérer la dépouille de sa fille Nfiya Mouliom Erica Shelsea, il s’est rendu compte qu’elle n’avait ni brûlures ni blessures sur le corps, encore moins de fractures », révèle-t-il.

La plainte de Me Ntsamo Etienne révèle également que plusieurs camarades de classe d’Erica étaient avec elle à la boîte de nuit où Tenor leur avait offert un verre. Elle était « accompagnée de certains de ses camarades d’université dont Nsame Henri Lashe, Nsame Nyaka Anne Arena et une certaine Debora…) », précise la plainte indiquant que la jeune Erica avait demandé de l’aide bien avant sa mort. ami à lui qui a refusé à l’instigation de l’artiste Ténor.

Que le plaignant a appris de source fiable le 17 juillet 2021 que lors de cette soirée bien avant le pseudo-accident sa défunte fille avait demandé en vain « l’aide » de son camarade Nsame Henri Lashe qui a refusé à l’instigation du surnom de Ténor. apprendre. Que s’est-il réellement passé entre l’artiste Tenor et Erica ? Pourquoi cette dernière a-t-elle lancé un SOS ? Pourquoi Tenor a refusé d’être aidé ? Voilà autant de questions qui amènent le père de la victime à croire que sa fille n’est pas décédée lors de l’accident.

Intimidation

Quelques jours après le drame, Jean George Mouliom affirme avoir été harcelé par un officier de police judiciaire qui a insisté pour qu’il rencontre la famille de Tenor à Doula. « Que pendant que le plaignant pleurait encore sa fille, une certaine Mabouang Simon, qui servirait de policier dans la délégation régionale de la police côtière… famille de « Ténor », sans lui dire s’il, en tant qu’huissier, aurait la caméra de la police sur le site présumé de l’accident ».

En effet, Jean George Mouliom déplore que le véhicule ayant fait l’objet de l’accident, qui est considéré comme le corps du torturé, n’ait pas été traité comme pièce à conviction. Ce dernier précise que « étrangement, alors que le téléphone de sa fille a miraculeusement disparu quelques jours seulement après cet accident, ledit véhicule a été entièrement démonté et emmené vers une destination inconnue ».

Tentative d’évasion du ténor

Dès le début de l’affaire, l’équipe de Tenor a tenté de dissimuler la vérité. Le manager de l’artiste avait initialement indiqué dans un communiqué que Tenor n’était pas au volant de la voiture et que le conducteur se serait évaporé dans la nature.

Interné à l’hôpital de Laquintinie, Ténor tente de s’évader. Malheureusement, l’opération a échoué. Une source policière que CameroonWeb avait contactée a confirmé l’information. « Alors que nous menions nos investigations, un incident s’est produit le 22 juillet 2021 où une tentative a été faite par l’accusé depuis la structure hospitalière où il était interné. Les différents suspects ont été interrogés sur ces faits, qui résultaient vraisemblablement d’un malentendu entre les personnes impliquées et les policiers désignés pour sa surveillance. L’intéressé a été renvoyé dans ladite structure hospitalière », révèle la source.

#Justice #Tenor #fait #dautres #révélations #tribunal

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.