Home Actualité Cameroun La CDE en liquidation : les dessous d’un scandale financier
Actualité Cameroun

La CDE en liquidation : les dessous d’un scandale financier

Bonjour chers lecteurs et lectrices de Cameroon Magazine, le site numéro 1 sur l’actualité camerounaise et internationale. Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un sujet qui concerne la situation financière de la Société camerounaise des eaux (CDE), qui est en liquidation.

La CDE, une entreprise publique en faillite

La CDE est une entreprise publique créée en 2008, suite à la privatisation de la Société nationale des eaux du Cameroun (SNEC). Elle avait pour mission de gérer la distribution de l’eau potable dans les zones urbaines et périurbaines du pays. Elle était détenue à 51% par l’Office national de l’eau potable (ONEP) du Maroc, et à 49% par l’Etat du Cameroun.

Mais, depuis le 30 avril 2018, la CDE a perdu son contrat de concession, qui n’a pas été renouvelé par l’Etat du Cameroun, sur instruction du président Paul Biya. Celui-ci a décidé de confier la production et la distribution de l’eau potable à la Camwater, une autre entreprise publique.

Depuis lors, la CDE est en cessation d’activité et accumule les dettes. Selon une annonce légale publiée ce 30 mars 2023, les actionnaires ont décidé de dissoudre à l’amiable la société, après avoir constaté que ses capitaux propres étaient devenus inférieurs à la moitié de son capital social. Autrement dit, la CDE a perdu au moins 3,5 milliards de FCFA.

Les conséquences de la liquidation de la CDE

La liquidation de la CDE va entraîner plusieurs conséquences, tant pour les employés que pour les usagers et les partenaires.

Pour les employés, c’est la perte de leur emploi et le risque de ne pas percevoir leurs droits sociaux. En effet, selon le syndicat des travailleurs de la CDE, plus de 1 000 employés sont concernés par cette liquidation, et ils n’ont pas été payés depuis plusieurs mois.

Pour les usagers, c’est le risque de voir la qualité du service se dégrader et le prix de l’eau augmenter. En effet, selon les associations de consommateurs, la Camwater n’a pas les capacités techniques et financières pour assurer une distribution efficace et continue de l’eau potable dans tout le pays. De plus, elle pourrait être tentée d’augmenter le prix de l’eau pour compenser ses investissements.

Pour les partenaires, c’est le risque de perdre leur mise et leur crédibilité. En effet, selon les observateurs, la liquidation de la CDE est un échec pour le Maroc, qui avait misé sur cette entreprise pour renforcer sa présence économique au Cameroun et en Afrique centrale. C’est aussi un échec pour le Cameroun, qui avait fait appel au secteur privé pour améliorer la gestion de l’eau potable.

Cameroon Magazine vous invite à découvrir les autres articles que nous vous proposons sur notre site web, ainsi que les autres sujets qui font l’actualité au Cameroun et dans le monde. N’oubliez pas de nous retrouver sur tous les réseaux sociaux, où vous pourrez échanger avec nous et donner votre avis sur les sujets qui vous intéressent. Et surtout, abonnez-vous à notre chaîne YouTube, où vous pourrez visionner nos vidéos exclusives. Merci de votre fidélité et à bientôt !

#CDE #liquidation #eaupotable #Cameroun #Camwater #Maroc #ONEP #concession #dettes #capitauxpropres #employés #usagers #partenaires #SNEC #privatisation #production #distribution #cessationd’activité #dissolution #liquidateur #qualitéduservice #prixdeleau #investissements #instructionduprésident #PaulBiya #syndicatdestravailleurs #droitssociaux #salairesimpayés #capacitéstechniquesetfinancières #diversificationdel’économie #échec #miseencause #crédibilité #présenceéconomique #Afriquecentrale #secteurprivé #gestiondeleauportable #solutionspossibles #amélioration

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Le Maghreb face à une crise du blé : le Maroc en première ligne

Des céréales Les pays du nord de l’Afrique, notamment l’Égypte, l’Algérie, le...

Les Marocains se méfient des médias nationaux et privilégient les réseaux sociaux

Liberté de la presse Les Marocains font de moins en moins confiance...

Flammes contre solidarité : l’Espagne et le Maroc s’unissent face aux incendies

Incendie au Maroc Les incendies ravagent les forêts du Maroc et de...

Cameroun : Formation certifiante en droit Ohada à la SCP CEPFOMEN Douala

Professeur Eyike-Vieux répond aux questions La salle de conférences de la S.C.P....

[quads id=1]