Le drame de Liv’s Night Club : une victime oubliée et ignorée par le gouvernement camerounais

0

• Au petit matin de dimanche dernier, il y a eu une explosion dans un cabaret du quartier Bastos à Yaoundé

• Le gouvernement camerounais parle dans un communiqué de 16 morts et 38 blessés dont 7 gravement

• Une victime décédée dans cet incident n’a pas été comptée parmi les victimes, de sorte que les chiffres sont ajustés à 17 décès.

Le drame qui a perdu de nombreuses familles s’est déroulé au complexe culturel Liv’s Night Club dans le quartier Bastos à Yaoundè le dimanche 23 janvier 2022 à 2h29 du matin. Le gouvernement camerounais, par la voix du ministre des Communications, René Emmanuel Sadi, a publié un communiqué faisant état de 16 morts et 38 blessés dont 7 graves. Une dame, cependant, victime de ce malheureux incident, a été publiée et ignorée.

En effet, la dame s’appelle Eben Essian Jeanne Simone, 35 ans. Elle fait partie des personnes tuées dans l’explosion survenue au Liv’s Night Club à Bastos dimanche dernier. Elle habite le quartier Mballa 2 à Yaoundé. Sa maison est juste derrière la Crtv, non loin du ministre des Sports, Mouelle Kombi. Son nom ne figure pas sur la liste officielle des personnes décédées ce jour-là.

Pendant deux jours sans nouvelles d’elle, sa famille va lancer une recherche. C’est en réponse à ce message qu’une employée de la morgue de Cefta à Ekounou à Yaoundè a appelé pour dire qu’elle était là. >, a prévenu via les réseaux sociaux Étienne Eben, le frère aîné de la victime.

A noter que dans ce drame le directeur de la promotion de la santé du ministère de la santé, Fanne Mahamat, épouse Ousmane, un officier supérieur au service de Bir et le chef de l’unité opérationnelle de sécurité de Yaoundé-Nsimalen, le colonel Patrice Ekengue Biloa a perdu la vie. On note également la disparition de l’ancien Libermann College 06 dans cette explosion du Liv’s Night Club. Le militant Jeune & Créatif Franck-Olivier Sop contre la précarité est également passé de vie à mort.

camerounweb.com vous invite à consulter la liste non officielle des victimes ci-dessous

1-Fane Mahamat (femme. Docteur)

2- Ateba Henri (Autorité de l’Aviation)

3-Makoundy Etondo Charles

4-Nfangwen Mongnam Barthélémy (employé de Yaoba)

5-lomba samba (commune urbaine de Douala)

6- Gatsi Tameze Mike (Douala)

7-Noé Emmanuelle Lionelle (épouse)

8- Chez Sop Tchatagne Franck (EIFORCE)

9-col Biloa Ekengue patrice (Autorité de l’aviation)

10-Jida Simplice (employé de yaoba)

11-Donkeng Marc Gaël (client)

12- Abouna Mahamat koiss (frère de feu Fane Mahamat)

13- Moussa Mohamed

14-Ngono Christelle (femme)

15- Nka Esther (femme caissière yaoba)

16- POS Olivier

Il est clairement indiqué dans le communiqué du gouvernement signé par le ministre de la Communication, porte-parole René Emmanuel Sadi : « Le drame, qui a été causé par les explosions des feux d’artifice habituellement utilisés en ces lieux, a d’abord détruit le plafond de l’immeuble. ce qui a entraîné par la suite deux explosions de grande amplitude et provoqué la panique et des bousculades parmi les personnes présentes dans la boîte de nuit ». Le premier bilan, quant à lui, faisait état de 16 décès. Tous ont été conduits à la morgue de l’hôpital militaire d’Ekounou. Les blessés graves, au nombre de 8, ont été internés à l’hôpital central de Yaoundé et sont actuellement en réanimation.

#drame #Livs #Night #Club #une #victime #oubliée #ignorée #par #gouvernement #camerounais

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire