Martin Camus Mimb, Le Sacrifice, La Gloire Et La Chute

0

• Martin Camus Mimb a réussi à surmonter son handicap

• Il a eu des moments de gloire dans sa carrière

• Il est au cœur d’un scandale sexuel

L’homme n’est plus présent au Cameroun. Martin Camus Mimb de son vrai nom Martin Fleur Mimb Hiol est l’un des meilleurs journalistes sportifs du continent. Les millions de téléspectateurs qui ont regardé les phases finales de la Coupe du monde 2010 et 2014 sur Canal + ont certainement écouté ses propos. Et pourtant la nature n’a pas été tendre avec le patron de la radio (Radi Sport Info).

A dix-huit mois, la vie de Martin Camus Mimb bascule. Le garçon atteint de polio est devenu physiquement handicapé. Entre les regards moqueurs des uns et la discrimination des autres, Mimb était imparable. Il se souvient du nombre de fois où il est tombé en essayant de monter les escaliers de son école. Martin Camus Mimb sait qu’il peut compter sur sa famille.

« J’ai eu la chance d’être avec des parents qui m’ont très bien guidé et qui m’ont donné l’amour dont j’avais besoin. Ce sont généralement les parents qui ont honte des enfants. Mes parents n’ont jamais été comme ça avec moi. C’est là que j’ai d’abord confiance en moi », dit-il.

Passionné de journalisme

Martin Camus Mimb, inscrit au lycée bilingue d’Edéa, rejoint le club de presse de l’école et en assume la présidence. Il se consacre tellement à cette association scolaire qu’il met ses cours en veilleuse. Il rate le baccalauréat pour la première fois. L’année suivante, son père l’inscrit à l’Edea Classical High School. Il intègre toujours le club des journaux de son nouvel établissement, mais réussit cette fois à décrocher son baccalauréat avec la mention « Assez bien ».

Le journalisme, Marin Camus Mimb, l’a d’abord appris au travail. Il s’inspire de son mentor Victor Minka, journaliste et fonctionnaire à Edéa, qui lui enseigne les rudiments du métier. Mimb était passionné par les commentaires sur les matchs de football. Il s’inscrit à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Douala, où il obtient une licence en communication. Martin se consacre désormais à sa passion en suivant des cours de journalisme à distance.

Tour à tour Martin Camus Mimb a travaillé pour la presse écrite Djkalo à Douala en 1998, la radio Equinoxe en 2002 puis la télévision STV en 2008. Malgré son handicap, Martin ne s’est jamais plaint. Il se souvient des efforts surnaturels qu’il faisait chaque jour pour se rendre au studio Equinoxe Radio qui était situé au dernier étage de l’immeuble.

« Rien ne peut me décourager dans cette vie. Si vous êtes atteint de polio à l’âge d’un an et demi et que vous devez traîner toute votre vie avec un handicap, vous n’attendez pas que quelqu’un vienne vous porter sur la tête pour vous emmener partout. Tout le monde ne va pas se battre. Il y a des créatures extraordinaires qui pourraient se battre comme moi. Et d’autres que nous devons pouvoir soutenir », explique-t-il.

Les heures de gloire

En 2010, Martin Camus Mimb a réalisé l’un des plus grands rêves d’un journaliste sportif ; couvrir la Coupe du monde pour une chaîne internationale. Formé par les équipes Canal+ et CFI, Mimb, alors âgé de 40 ans, commentait pour la première fois une Coupe du monde. C’était en Afrique du Sud. Il a répété cet exploit quatre ans plus tard lors de la Coupe du monde au Brésil. L’homme est au sommet de sa gloire.

« C’est synonyme de reconnaissance. C’est l’aboutissement de ma jeune carrière. Tout ce que j’ai eu à avoir aujourd’hui en plus de ce que j’ai eu à faire depuis, je l’ai eu parce que, au moins en mondovision, les gens ont pu apprécier ce que j’étais capable de faire. La plateforme était idéale et j’ai pu montrer ce que je pouvais faire. Les mêmes choses que je fais depuis chez Equinoxe, dans d’autres médias, mais c’était un forum idéal pour parler à toute l’Afrique. Et je crois que depuis le début mon ambition était d’être sur le toit de l’Afrique dans le couloir que j’ai choisi », a-t-il déclaré.

Martin Camus Mimb entretient des relations amicales avec l’ancien international camerounais Samuel Eto’o et diverses personnalités du football mondial. Il décide de devenir son propre employeur et fonde sa radio Radio Sport Info (RSI). Au cours de sa carrière, Mimb a remporté plusieurs prix. Le 20 mai 2017, le président camerounais Paul Biya a reconnu les mérites du journaliste et l’a nommé « Chevalier de l’Ordre de la Valeur ». Il a reçu ses distinctions des mains du gouverneur de la région du Littoral.
« Je pense que si je n’ai rien demandé mais que l’on reconnaît que je me débrouille bien dans un secteur ou dans un domaine, c’est quelque chose que j’apprécie. J’étais heureux. Je ne peux pas fuir la joie de recevoir les prix », se souvient Ti. L’homme nage avec bonheur avec sa femme et ses 5 enfants.

En 2021, il publie « Débout », le livre dans lequel il raconte son histoire et donne de l’espoir aux personnes en situation de handicap. Camus Mimb ne savait pas que sa vie allait à nouveau basculer.

La chute

Début juin 2021, des Camerounais ont été choqués en voyant sur les réseaux une vidéo pornographique enregistrée dans le bureau de Camus Mimb. Le journaliste a publié un communiqué affirmant qu’il était victime d’un complot orchestré par des individus cherchant à porter atteinte à sa réputation. Il explique aux internautes qu’un couple qu’il ne connaissait pas a profité de son absence pour faire l’amour dans son bureau.

Les arguments du journaliste n’ont pas convaincu les Camerounais. D’autres victimes de Mimb tentent leur chance et racontent les abus et tentatives d’abus sexuels qu’elles ont subis. Les jours passent, les preuves contre Mimb s’accumulent. Le 20 juin 2021, Wilfrid Eteki, chef traditionnel et ami de Mimb, sort du silence et avoue qu’il est l’homme de la vidéo. Les Camerounais sont choqués. Martin Camus Mimb a menti. Il connaissait bien l’homme dans la vidéo. D’autres sources révèlent qu’ils font tous partie d’un groupe de pervers où ils échangent les nus de leurs conquêtes.
Les personnalités publiques qui ont soutenu le journaliste au début de l’affaire retirent leur soutien une à une. Tous demandent à Camus Mimb de présenter des excuses publiques à la vraie victime, un homme nommé Malicka. La maison d’édition qui a édité le livre du journaliste a publié un communiqué le 21 juin 2021 annonçant la fin de la promotion et de la commercialisation de l’ouvrage. Avocats et défenseurs des droits humains ont formé un collectif et annoncent des poursuites judiciaires contre le journaliste.

#Martin #Camus #Mimb #Sacrifice #Gloire #Chute

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: