Michel Thierry Atangana de nouveau devant la justice contre l’Etat camerounais

0

• Le 28 octobre, son dossier reviendra à la CIVI

• Michel Thierry Atangana poursuit son combat pour sa réhabilitation

• Son livre « Otage judiciaire » sera inauguré le 30 octobre dans le Pays de Morlaix

Michel Thierry Atangana fait à nouveau parler de lui. Il est connu pour avoir été arbitrairement détenu dans les prisons camerounaises pendant 17 ans. Depuis, il réclame justice à travers votre association AAOA (Association Atangana contre l’oppression et l’arbitraire). Dans les prochains jours, il affrontera à nouveau la justice française contre l’Etat camerounais. Dans la foulée, il procédera à la dédicace de son livre « Judicial Otage ».

Le 28 octobre, le dossier de Michel Thierry Atangana reviendra devant la CIVI (Commission d’indemnisation des victimes d’infractions). Le but de cette audience est d’examiner les conclusions de la défenseure des droits, Claire Hédon, qui a été chargée d’enquêter sur son cas. « Les vues, livrées le 4 juin 2021, sont claires. Ma rééducation passe par la CIVI mais je ne suis pas sûr de l’issue. Il y aura également une nouvelle audience devant la cour d’appel de Paris le 2 novembre, dans le cadre de la décision de non-lieu de mai 2019 indiquant qu’aucune suite ne pouvait être envisagée, [contre le Cameroun], en raison de l’immunité juridictionnelle dont jouissent les auteurs. Je souhaite que cette immunité soit levée. Le Cameroun a porté plainte contre moi et je devrais pouvoir le faire », a-t-il déclaré au site français letelegramme.fr

La nouvelle de Michel-Thierry Atangana ne sera que judiciaire. Le 30 septembre, dans le Pays de Morlaix, il consacrera son livre « Otage judiciaire » dans lequel il revient sur ses années de détention arbitraire au Cameroun et son combat pour sa réinsertion.

« Sept ans après ma libération et mon retour en France, je vis toujours une situation très difficile », a déclaré M. Atangana à l’AFP. « Mes comptes sont toujours bloqués, je n’ai pas la possibilité de travailler, je me heurte à des murs. Ce que j’ai vécu, une « détention arbitraire » reconnue par l’ONU, aurait dû me permettre d’obtenir une reconnaissance immédiate. Je n’aurais jamais pensé que j’aurais à parcourir ce long chemin de négociations, de palabres », ajoute l’ancien ingénieur.

Michel Atangana, qui a été envoyé au Cameroun pour des travaux routiers par son employeur en 1994, a été arrêté et condamné à 15 ans de prison en 1997 pour détournement de fonds publics, ce qu’il a toujours nié. Selon ses partisans, il a payé sa proximité avec un opposant au président Paul Biya.

#Michel #Thierry #Atangana #nouveau #devant #justice #contre #lEtat #camerounais

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: