Négociations au sommet : Biya, Motsepe, Infantino et la malédiction de la CAN

0

Arrivé hier au Cameroun en provenance de Doha au Qatar, le président de la Fédération africaine de football (Caf) sera reçu cet après-midi, sauf à la dernière minute, en audience au palais d’Etoudi.

Un face-à-face qui intervient au moment où les rumeurs poussent à nouveau à un énième report de la prochaine Coupe d’Afrique des nations prévue du 9 janvier au 6 février 2022. SOS pourrait être en danger ! Pourtant, le cri d’alarme qui sonne comme un slogan vulgaire pour certains a tout son sens. En ces temps où l’on parle de plus en plus d’un éventuel report ou d’une délocalisation de la compétition que le Cameroun attend depuis 50 ans, il y a de quoi s’inquiéter, quitte à être accusé d’être alarmiste. C’est aussi dans ce tourbillon d’incertitudes que Patrice Motsepe et sa délégation sont à Yaoundé depuis hier, lundi 20 décembre. La présence du patron du Café dans nos murs est d’autant plus importante qu’elle intervient seulement 48 heures après une réunion FIFA/Caf à Doha, au Qatar.

Réunion au cours de laquelle une majorité de délégués de l’organisation faîtière du football africain a soulevé la question du report de la Can pour des raisons de santé. Accueillie sur le podium par Céline Eko, vice-présidente de la Cameroon Football Association (Fécafoot), la Sud-Africaine a tenté de dissiper les doutes qui planent sur l’organisation de ce prestigieux rassemblement des stars du ballon rond. . Notre maison est une maison pour l’Afrique. Nous allons l’avoir aujourd’hui et nous reviendrons vers vous. Nous sommes très clairs en termes d’engagement pour faire de la CAN un succès au Cameroun », a assuré le dirigeant.

Le mur d’Infantino

Et de poursuivre : « Nous vous donnerons plus de détails demain (ndlr du jour) une fois que nous en aurons discuté, mais je suis très confiant. Nous travaillons avec le Cameroun, fière nation du football. Nous avons fait la fierté du Cameroun et de l’Afrique et je suis convaincu que dans nos réunions d’aujourd’hui et de demain, nous pourrons venir à vous et donner à l’Afrique et au monde la confiance que nous avons à travers le dévouement à notre peuple, au Cameroun, et le dévouement au développement du football en Afrique. Au menu de la résidence du numéro 1 du Café, une rencontre avec les autorités camerounaises pour discuter de l’efficacité de retenir la grande foule du football continental en janvier. Hier, l’homme, accompagné de Samuel Eto’o Fils, fraîchement amené à la tête de la Fécafoot ; Ferdinand Ngoh Ngoh, ministre des Affaires étrangères, secrétaire général de la présidence de la République et Narcisse Mouelle Kombi, ministre des sports et de l’éducation physique, ont visité le stade d’Olembe.

Visite qui a visiblement plu à Motsepe qui a su repousser les cartons et prendre le président de la FIFA contre toute attente, plutôt que de reporter l’événement. Le patron du football mondial a avancé plusieurs arguments, dont : l’incertitude sur les infrastructures camerounaises, la dégradation de la situation sanitaire, l’émergence de la variante Omnicron en Afrique australe et la réticence des clubs européens à libérer leurs joueurs en hiver. laisser. Gianni Infantino s’inquiète également d’un éventuel effondrement de la Coupe du monde des clubs de la FIFA, qui se déroulera du 3 au 12 février aux Émirats arabes unis. La FIFA rejoint les inquiétudes des champions d’Europe Chelsea et des champions d’Afrique Al-Alhy, qui craignent que certains des joueurs sélectionnés par Can ne soient pas disponibles pour participer.

L’esprit de 2019

Cela montre à quel point le face-à-face Biya-Motsepe est aujourd’hui d’une importance capitale pour l’avenir de Can au pays de Roger Milla. Convaincu que l’organisation d’une compétition de cette ampleur est une occasion rare de cohésion communautaire et nationale, le Président de la République de retour à Yaoundé hier en fin de soirée, usera de tact pour sauver son Can et éviter la même Pour revivre le humiliation de 2019 quand, après avoir donné toutes les garanties que le match se jouerait ce jour-là, il a déchanté lorsqu’il a confié Ahmad Ahmad’s Café à l’Egypte. À cause du bricolage, du plâtrage et du fumage d’un gouvernement qui a passé du temps à surfer sur la pelouse des mensonges d’État. Après deux tentatives infructueuses, Motsepe espère que ce sera le bon moment. Etodi, en l’air !

#Négociations #sommet #Biya #Motsepe #Infantino #malédiction

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire