Ngoazip : un déplacé anglophone battu à mort pour avoir réclamé une augmentation de salaire

0

Kibuh Divine, un garçon déplacé de 29 ans, a été battu à mort par son patron et ses frères pour avoir demandé une augmentation. Jusqu’à présent, aucune autorité administrative locale n’a condamné cet acte odieux, qui viole les directives des Nations Unies sur les déplacés internes ratifiées par le Cameroun.

Kibuh Divine, originaire de Noni dans la région du nord-ouest, avait fui la guerre et s’était retrouvé à Ngoazip, un village du district de Biwong Bane dans le département de Mvila de la région du sud. Il était employé par une femme dans une plantation de cacao. Cela asservira Kibuh Divine, qui s’est plaint de ses conditions de travail.

Il exigera une augmentation de salaire, ce qui ne plaira pas à son patron, qui fera appel à ses frères, dont le petit frère du chef de village de Ngoazip. Divine sera battue à mort et est décédée le 13 octobre au centre de santé intégré du village. La famille de Divine exige justice. Mais jusqu’à présent, aucune autorité administrative locale n’a demandé l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur cette affaire.

Silence inquiétant

« Les gars anglophones sont des gens qui offrent des services très intéressants dans toutes les communautés. Ils sont même très appréciés dans le village de Mfoumbit à 15 km. Nous ne pouvons toujours pas croire que nous pouvons battre quelqu’un qui demande une augmentation. Cette affaire doit être clarifiée », a déclaré Alexis (prénom changé à sa demande), un jeune responsable du ministère de la Jeunesse rencontré dans le village le 18 octobre.

La mairie n’a pas publié de communiqué officiel condamnant cet acte. Ce district agricole de 458 km2 abrite plus de 1 000 personnes déplacées anglophones. Les 13 000 habitants sont sous le choc. Beaucoup craignent que la situation ne dégénère en un conflit local entre personnes déplacées et peuples autochtones.

« La dame qui a ordonné l’assassinat de cette personne déplacée doit être entendue par la justice. Nous déplorons également le fait que le chef de village, qui représente l’État, utilise son pouvoir pour nuire à son peuple. Son petit frère sait en agissant ainsi qu’il est tout-puissant et ne sera pas inquiété par les autorités », déplore un villageois.

Le sous-préfet de Biwong Bane n’a pour l’instant fait aucune déclaration. « Les autorités vont envahir ce village dans les prochains jours pour organiser une réunion avec les différentes parties afin de déterminer les responsabilités », a déclaré un employé qui a requis l’anonymat.

Sensibiliser pour éviter de glisser

Selon l’ONU, 530 000 personnes originaires des régions francophones du pays ont trouvé refuge dans les forêts du Sud. Pelerine Tchatat, avocate et présidente de l’association « Avocats sans frontières et humanitaires du Cameroun » (Asfh-Cam), dans un article publié dans le journal Le Monde, estime que les déplacés internes ne sont pas pleinement intégrés dans les villes et villages d’accueil aux activités de production d’antan.

« Il est nécessaire de sensibiliser la population locale et vos autorités administratives et gouvernementales afin qu’elles puissent intégrer ces personnes déplacées en leur accordant des terres pour l’agriculture », explique l’avocat.

Les autorités administratives représentant l’Etat ont un rôle majeur à jouer, non seulement pour assurer la sécurité de ces déplacés, mais aussi pour sensibiliser les habitants pour éviter que ces déplacés ne se transforment en esclaves. Les avocats demandent qu’une enquête soit ouverte pour arrêter et punir les responsables de la mort de Divine.

loi enfreinte

L’article 1 du Principe directeur des Nations Unies sur les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays stipule que « vos personnes déplacées jouissent des mêmes droits et libertés que le reste de la population du pays sur un pied d’égalité, en vertu du droit international et national. Ils ne doivent pas être discriminés sur la base de leur situation de personnes déplacées dans l’exercice de divers droits et libertés. Des principes à respecter par l’État.

#Ngoazip #déplacé #anglophone #battu #mort #pour #avoir #réclamé #une #augmentation #salaire

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: