Ngoyla : la barque de la discorde, la réaction de Pascal Pierre Bengono

0

Au début de la semaine dernière, le ferry Sankta Maria est finalement arrivé au Cameroun au milieu de la publicité et de la propagande. Aujourd’hui encore, les deux camps restent sceptiques quant aux initiateurs de ce projet qui désengorgera la Commune de Ngoyal à plus d’un titre.

Qui de Feicom ou Pascal Pierre Bengono est le véritable initiateur du don de ce bateau ? La question fait le tour des réseaux depuis une semaine, notamment après l’écho médiatique qui a accompagné l’arrivée de ce bateau sur le sol camerounais mercredi dernier.

Dans leurs coassements, certains crapauds sont allés encore plus loin dans leur interrogatoire, se demandant pourquoi Feicom essayait maladroitement de comprendre cette nouvelle, comme certains tabloïds et médias l’ont fait croire ? Et de se demander si les communicateurs de ces différents médias n’avaient pas reçu une éventuelle aide de Feicom.

Mais vous limiter à de telles spéculations signifiait que vous ne compreniez pas les tenants et les aboutissants de toute cette affaire. Pourtant, lorsque le ferry Sankta Maria a accosté dans le port autonome de Douala mercredi dernier 13 octobre, tout le monde savait que l’initiateur de ce don n’était que Pascal Pierre Bengono, le fondateur de l’association Noël avec des étoiles pour les enfants.

Une position qui sera également confirmée par cet homme des médias qui a longtemps fonctionné comme présentateur à la CRTV.

« Au nom de mon association, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont facilité l’arrivée du ferry Sankta Maria, qui est parti des quais d’Allemagne et du Luxembourg pour le Cameroun.

Evidemment, entre 2 ou 3 crises sanitaires, nous avons réussi à le faire venir au Cameroun. Ma mission se termine ici. C’est un don fait au Cameroun, maintenant il appartient à l’Etat du Cameroun et en particulier à la Commune de Ngoyla », a-t-il déclaré.

Quelques jours plus tôt, Feicom déclarait sur sa page Facebook avoir financé, avec des partenaires privés, le projet d’acquisition d’un ferry au profit de la commune de Ngoyla (Est).

« L’enveloppe allouée est de 250 millions de francs CFA, répartis comme suit : 150 pour acheminer le bac de l’Allemagne au Cameroun ; 100 millions pour la construction des quais sur chacune des rives du fleuve Dja », peut-on lire. C’est-à-dire.

Pascal Pierre Bengono revient en France quelques jours plus tard et reviendra sur le devant de la scène, mais cette fois-ci pour remercier les différents partenaires qui ont participé à la chaîne de transactions qui a conduit au voyage du ferry bas sur le sol camerounais.

« Je ne suis pas fier de cette action sociale que je fais pour mon pays. Le ferry était une opportunité que j’ai saisie en Allemagne et j’ai donné à mon Cameroun natal cette opportunité pour les peuples de l’Est. Je ne m’en attribue aucun mérite, pas du tout. Au contraire, je le fais avec l’amour que j’ai pour mon pays.

Il faut donc préciser ceci : ce bateau a été donné gratuitement au Cameroun. Le gouvernement a pris en charge le transport de ce ferry de l’Allemagne au Cameroun. Et je tiens à remercier toutes les autorités qui ont rendu cela possible. (…) De Mindevel, le ministre Joseph Le, le directeur de Feicom… »

Dépréciation
Avec ce billet, Pascal Pierre Bengono mettait un terme à toute cette agitation qui avait surgi autour des principaux initiateurs de ce projet. Et pour enfin couper la poire en deux sur cette question, au niveau de la Feicom, on dit en petits comités que c’est Pascal Pierre Bengono qui à l’époque était le maire de la commune de Ngoyla et celui de la commune de Oberbilig en Allemagne.

Les 2 maires vont donc signer un accord sur la livraison de ce bateau. Le bac Sankta Maria n’est donc pas le fruit d’un achat, mais d’un don, fruit d’une collaboration entre la commune de Ngoyla, dirigée par Mme Meillon, et celle d’Oberbilig en Allemagne.

Si cet acte est bien accueilli de la part de Ngoyla, les langues qui se relâchent pointent pour se plaindre que les différents financements injectés pour le transport de ce ferry ont pu au moins contribuer à la construction d’un pont définitif.

Pour certaines populations de cette partie du triangle national, ce n’est pas un bac qui mettrait fin à tous les harcèlements qui ont été enregistrés dans le cadre des activités des exploitants miniers et forestiers, étant donné la position stratégique de cet endroit dans le sous-sol. -Région.

Il suffit de voir le sort réservé aux autres navires dans le passé pour s’en convaincre. Nos sources préciseront également à cet égard que la construction d’un pont sur le fleuve Dja ne peut pas relever de la compétence du Collège des maires et échevins, mais uniquement du ministère des Travaux publics.

Il s’agit donc désormais d’assurer la maintenance, de prévoir les amortissements, de budgétiser les coûts et de pérenniser cette performance afin de gérer efficacement les revenus associés. On peut donc ensuite réinjecter les produits pour en faire un multiplicateur d’investissements, pendant que l’on fait d’autres investissements, allant de la construction de ponts à l’entretien des routes, sans oublier l’entretien d’autres équipements.

Pour rappel, le ferry Sankta Maria est un navire automatique d’une valeur de 40 tonnes, qui permettra désormais de relier différents lieux de la commune de Ngoyla, par exemple en rationalisant les échanges pour stimuler le développement économique local.

#Ngoyla #barque #discorde #réaction #Pascal #Pierre #Bengono

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire