NOSO : Après Biya, Facebook déclare la guerre aux Amba Boys

0

• Facebook ne veut plus des groupes armés NOSO

• L’ADF est l’une des organisations ciblées

• HRW tourne également le dos aux Amba Boys

La branche armée de l’état virtuel d’Ambazonie appelée Ambazonia Defence Forces (ADF) est dans la ligne de mire de Facebook. Le réseau social américain a inscrit ce groupe armé sur la liste des 4000 personnes et organisations dangereuses, selon le site Intercep. L’ADF est dirigée par le leader sécessionniste Ayaba Cho Lucas. Les comptes Facebook de toutes les personnes et structures qui apparaissent sur la liste Facebook seront supprimés, apprend-on.
Les groupes séparatistes armés sont de plus en plus ostracisés au niveau international.

L’ONG internationale Human Rights Watch, régulièrement accusée de soutenir les groupes séparatistes armés qui gouvernent les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, publie un rapport qui bouleverse les Amba Boys. Ces derniers sont accusés d’avoir organisé des enlèvements et des assistanats civils. L’ONG attribue aux groupes armés le meurtre d’un chef traditionnel dans la région.

CameroonWeb vous propose le rapport complet de l’ONG HRW

Le 27 février, des séparatistes armés ont enlevé John (son nom a été changé), un médecin de la région anglophone du nord-ouest du Cameroun et l’ont emmené dans leur camp. Ils ont accusé John de « ne pas contribuer à la cause », pointant une arme dans son dos et le tuant. Il a été libéré six heures plus tard, contre paiement d’une rançon de 300 000 francs CFA (544 $US).

« Ils m’ont dit de leur donner de l’argent pour soutenir leur combat pour l’indépendance, pour acheter des armes », a déclaré John à Human Rights Watch. « Ils m’ont dit de ne dire à personne ce qui m’était arrivé ou ils me tueraient, moi et toute ma famille. « 

Des histoires comme celle de John ont été trop souvent entendues dans les deux régions anglophones du Cameroun. Depuis 2017, des séparatistes armés ont enlevé des centaines de personnes, dont des étudiants, des membres du clergé, des dirigeants politiques et des travailleurs humanitaires, tout en appelant les régions anglophones à déclarer leur indépendance. Les séparatistes ont également imposé un boycott des écoles de ces mêmes régions pour protester contre ce qu’ils dénoncent comme l’assimilation du système éducatif anglophone au système francophone central.

Le récent enlèvement de John a eu lieu dans un contexte de violence renouvelée par les séparatistes au cours des deux derniers mois.

Le 13 février, des combattants séparatistes ont tué trois chefs dans la région sud-ouest du village d’Essoh Attah pour avoir refusé de leur restituer les bénéfices de leurs ventes de cacao et encouragé l’éducation, ont indiqué les médias.

Le 9 janvier, des combattants séparatistes présumés ont tué le directeur d’une école secondaire à Eyumojock et blessé le directeur d’une école secondaire à Tinto, tous deux situés dans la région du Sud-Ouest, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires. OCHA) et les médias.

Les séparatistes ont entravé l’acheminement de l’aide humanitaire et tué et torturé des personnes soupçonnées de collaborer avec les autorités et les forces de sécurité. « Nous sommes à la merci de leurs armes », a déclaré un homme de 35 ans originaire de Bafut, dans la région du Nord-Ouest. « Les combattants séparatistes harcèlent tout le monde. Ils exigent de l’argent et si vous ne pouvez pas payer, ils vous menacent ou vous kidnappent. « 

Les Forces armées camerounaises, qui ont mené de multiples opérations impliquant parfois des violations dans les régions anglophones, doivent mieux assurer la protection des civils. Le Conseil de sécurité de l’ONU et les partenaires internationaux du Cameroun devraient faire comprendre aux dirigeants séparatistes que ces crimes ont des conséquences, notamment par l’imposition de sanctions ciblées, telles que des interdictions de voyager et des gels d’avoirs, sur toutes les personnes impliquées dont la responsabilité a été établie pour ces abus.

#NOSO #Après #Biya #Facebook #déclare #guerre #aux #Amba #Boys

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: