NOSO : Aucune attaque de pitié et exécution de 03 éléments des « Bui Worriors »

0

• Une guerre interne secoue les groupes armés sécessionnistes

• No Pity interprète 03 éléments des « Bui Worriors »

• ‘Denis’ le bras droit des enregistrements et auditions de No Pity par le BIR

La guerre fait rage depuis plusieurs semaines maintenant entre les différents groupes armés sécessionnistes d’Ambazonie. Les grandes illustrations sont les affrontements entre les éléments du tout-puissant chef de guerre « Général NO PITY » et ceux du « Général ISUBU ».

Selon une source sécuritaire proche des groupes sécessionnistes, dans ses dernières heures, au moins trois séparatistes appartenant au groupe « Bui Worriors » de l’ISUBU ont été exécutés par les éléments de « No PITY » et leurs armes leur ont été confisquées.

Cette expédition fait partie d’une opération massive lancée par le « Général NO PITY » pour neutraliser son ennemi juré. Des témoignages détenus et des audios circulant sur Internet font état d’un massacre dans la zone anglophone à la suite d’une rivalité interne entre séparatistes ambazoniens, y compris à LEBIALEM.

Un témoignage d’un leader séparatiste ambazonien fuyant vers un pays ami au Cameroun affirme que « l’armée camerounaise se bombarde la poitrine pour avoir tué nos garçons, mais laissez-moi vous dire que nous tuons nos garçons plus que l’armée camerounaise à cause de la rivalité interne et de l’égoïsme » modélisé sur le faux commandant séparatiste « King Command » qui aujourd’hui a été assassiné avec plusieurs de ses hommes.

URGENT : ‘DENIS’ LE BRAS DROIT D’AUCUNE COMMUNICATION CAPTURE ET AUDITION PAR LE BIR

Restera-t-il longtemps fidèle à son général ? Selon les informations diffusées par les plateformes favorables à l’armée camerounaise, « Commando Denis », bras droit du « Général » No Pity, a été arrêté vivant à Tadu (département de Bui) dans la nuit du vendredi 26 novembre 2021 par des éléments de le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR). Les mêmes sources indiquent que le séparatiste est toujours bien vivant. Il aurait auditionné quelques heures. Les militaires camerounais tenteraient de recueillir auprès de lui des informations qui leur permettront de mettre la main sur le controversé général No Pity.

guerre interne

La guerre interne entre les différents mouvements séparatistes en Ambazonie prend une tournure différente. Depuis quelque temps, « No Pity » et certains leaders séparatistes ambazoniens à Bui se sentent affaiblis et limités par l’attaque de certains groupes.

Selon des sources confirmatoires, en quête de territoire contre son rival « Isubu », « NO PITY » et son entourage d’au moins 18 combattants ont entamé un nouveau recrutement à Djottin et Noni, bref à Bui. Cette opération est mise à mal par le nouvel « homme fort » de Bui le « général Isobu » qui a organisé une marche intitulée « NOUS DITES NON À NO PITY », alias « Nous disons non à « NO PITY » mais disons oui à un autre qu’Isub » .

Dans un message audio posté sur les réseaux sociaux ces dernières 24 heures, « NO PITY » affirme avoir tenté de parler à « Isubu » pour aplanir les différends et que ce dernier, contrairement à ses attentes, a pourchassé ses émissaires à coups de gueule de bois. armes à feu.

Après cet incident, « NO PITY » décide de procéder à l’arrestation de son « ennemi », suivie de son élimination. Selon lui, « Isubu » se bat contre l’armée camerounaise pour son assassinat.

Il met en garde certains leaders sécessionnistes de la diaspora qui financent « Isubu » dans sa lutte et les invite à venir sur place.

#NOSO #Aucune #attaque #pitié #exécution #éléments #des #Bui #Worriors

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: