NOSO : un autre jeune militaire abattu à Menchum

0

• Le nom de la victime est Menchum

• Il a été abattu à Menchum dans le nord-ouest

• Les collisions continuent à NOSO

Les militaires camerounais ont de nouveau été victime d’un attentat meurtrier dans la nuit du 20 au 21 octobre 2021. Peu avant minuit, deux militaires ont été surpris par des éléments du général ambazonien No Pity à Menchum dans la région du nord-ouest. Les plateformes de propagande des Amba Boys font deux morts. Le journaliste Boris Bertolt confirme la mort du gendarme Ambuakwe Christian. Le lanceur d’alerte a déclaré avoir reçu une balle dans la tête. L’agent Ambuakwe Christian est décédé dans une embuscade dans la zone anglophone. Une balle dans la tête », a-t-il déclaré.

Tôt mercredi matin, un autre soldat a été abattu à Wum. Le jeune militaire de 20 ans a été chargé de ramener à la base les restes de son camarade qui avait été tué dans une attaque séparatiste la veille.

Deux soldats abattus mardi

L’information est confirmée par plusieurs sources proches des groupes armés séparatistes. Au moins deux militaires camerounais ont été tués le 19 octobre 2021, lors d’affrontements entre les Amba Boys et l’armée près de Bamenda, plus précisément à Andeck. L’avant-poste de cet endroit a été pris d’assaut par les Ambazoniens.

« Un élément du bataillon des troupes aéroportées de Koutaba a été tué lors d’une attaque des ambazoniens contre l’avant-poste d’Andeck près de Bamenda », a indiqué la source.

En fin de compte, un autre soldat a également perdu la vie dans des circonstances similaires. « Il était 18 heures ce soir lorsque la promotion privée Charles 2019 tombera après une attaque des ambazonniens dans la région de Bamenda », précise la source.

Par ailleurs, plusieurs plateformes ont annoncé la mort du général No Pity lors de cette attaque. Cette information, largement diffusée sur les réseaux sociaux, a été démentie par les plateformes de propagande des groupes séparatistes armés, indiquant que le général ambazonien est bien vivant.

Changement de paradigme

Suite à l’assassinat de 15 soldats camerounais le 16 septembre 2021 dans la région du Nord-Ouest, le ministre de la Défense Joseph Beti Assomo a dénoncé l’utilisation par les Amazones d’armes lourdes et avancées. Il a également évoqué le soutien étranger que reçoivent ces groupes armés et s’est engagé à poursuivre un changement de paradigme pour surmonter le phénomène d’insécurité à NOSO. Un mois après cette sortie, la situation n’a pas changé. Les militaires continuent d’être tués et la population se sent piégée dans ces affrontements.

« Depuis le début de la crise actuelle, la population civile a continué de payer le prix des agissements téméraires et de la violence choquante des forces de sécurité ou des groupes armés, qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la radicalisation de certains d’entre eux. Je compatis à la peine de la famille de feu Carolaise et de ceux qui ont perdu des êtres chers dans des circonstances similaires. J’exhorte les forces de sécurité à faire preuve de plus de retenue lorsqu’elles mènent des opérations de sécurité qui pourraient mettre en danger la vie de civils innocents. J’offre mes condoléances aux familles endeuillées et vous invite tous à prier pour les morts. Continuons de prier pour la justice, la paix et l’harmonie dans notre pays », a déclaré l’évêque de Buea, Mgr Michael Miabesue Bibi.

#NOSO #autre #jeune #militaire #abattu #Menchum

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: