NOSO : violents affrontements entre l’armée et les troupes du « général No Pity »

0

Un affrontement sanglant a eu lieu entre l’armée et les hommes du général No Pity.

Les affrontements ont eu lieu à Balikumbat dans le nord-ouest.

Le bilan est lourd : plusieurs militaires et séparatistes ont été tués.

La crise dite anglophone qui secoue le Cameroun depuis 2016 est implacable. La violence quotidienne augmente. Il y a quelques jours, de violents affrontements ont eu lieu à Balikumbat dans le nord-ouest. Ils s’opposent à l’armée et aux hommes du général No Pity, l’un des redoutables guerriers ambazoniens qui ont semé la terreur dans la région. Selon les informations, il s’agissait d’une opération commando de l’armée dans l’un des fiefs du général No Pity ! Il s’agissait d’éliminer le seul responsable du massacre d’au moins 15 soldats tués en 13 jours. Mais la résistance de ce général, appelé « le monstre » par les soldats, a laissé des traces dans la zone où se sont déroulés les combats. Sur les murs, on voit des traces de balles, tandis que des flaques de sang s’infiltrent sur le sol, là où se sont déroulés les combats.

Avec

Selon les premières estimations, plus de 20 personnes ont été tuées, donc 15 du côté des séparatistes et 5 militaires. Un avis encore à confirmer. Mais selon des témoins, les combats ont été si féroces qu’il est impossible que seulement 20 personnes aient été tuées.

L’armée annonce avoir neutralisé 15 de ses éléments, No Pity de son côté nie et réplique avoir fait sortir 5 soldats. La violence dans la zone de guerre a augmenté ces derniers temps. Deux gendarmes ont été tués puis décapités dans la nuit de mardi à mercredi 14 juillet à Babadjou, commune située à la frontière entre la région ouest et le nord-ouest du pays. « Les séparatistes ont attaqué le poste de contrôle de Zavion à Babadjou mardi soir tard », a déclaré le maire du département de Bamboutos et de la région de l’ouest. « L’attaque est passée inaperçue. Ce matin, des habitants ont découvert les corps de deux gendarmes décapités. Le troisième gendarme, qui se trouvait également à ce poste de contrôle, est toujours porté disparu, il a dû être pris en otage par les séparatistes », a précisé l’élu.

#NOSO #violents #affrontements #entre #larmée #les #troupes #général #Pity

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: