Patients ‘piégés’ dans les hôpitaux camerounais : la colère d’Anne Feconde

0

• Une patiente et son nouveau-né sont bloqués dans un hôpital

• Anne Feconde interpelle Malachie Manaouda

• Elle réclame l’assurance maladie universelle

Un message de Canal 2 International choque l’opinion publique camerounaise. Une jeune femme qui a accouché par césarienne a été laissée sans soins pendant plusieurs jours faute d’argent. Le personnel soignant a refusé de toucher le patient dont la plaie n’avait pas cicatrisé correctement. Anne Féconde, la porte-parole du PCRN s’offusque de cette situation et lance un appel aux autorités camerounaises. Ces situations pourraient être évitées si le Cameroun, selon elle, disposait d’une assurance universelle.

« Sauf que les gouverneurs semblent trop occupés à se neutraliser juste pour s’assurer que l’incompétence est largement partagée, au grand dam de la population.
Dans l’assurance maladie, les citoyens paient également au prorata de leurs revenus. Pour les plus démunis, gouvernement visionnaire et cohésif dans son action, elle déniche des modes de financement alternatifs. Rien ne justifie que notre pays soit toujours là en 2021. Une femme qui vient d’accoucher est déjà vulnérable, si elle a également eu une césarienne, elle est malade et a besoin de soins. L’environnement hospitalier est tellement odieux au vu de la qualité du refuge et des germes errants qu’il n’a certainement qu’un souhait, sortir », réprimande-t-elle avant d’appeler la ministre de la Santé Manaouda Malachie à venir en aide au couple qui a 400 000 francs CFA à payer leurs frais d’hospitalisation.

« Qu’étudient les chargés d’études des administrations compétentes, s’il ne s’agit pas de problèmes d’actualité pour proposer des solutions opérationnelles ?
Monsieur le Ministre de la Santé, qui a souvent été proactif, le Délégué Régional à la Santé du Littoral et le Département du Wouri sont-ils au courant du cas de cette jeune femme ? demande l’activiste du PCRN.

CameroonWeb vous propose la déclaration complète d’Anne Féconde

Avant de remettre en cause la démarche de cet hôpital, qui plaidera sans doute en faveur du paiement des factures du matériel et des honoraires du personnel ayant pratiqué la césarienne, il convient d’en appeler au Gouvernement de la République pour constater qu’il n’est pas en d’introduire l’assurance maladie en général et l’assurance maternité en particulier.
Par exemple, le gouvernement a réussi à imposer des polices d’assurance automobile. Chaque automobiliste doit présenter une police d’assurance en cours de validité pour chaque demande, sous peine d’amende.

Les chèques ont tendance à négliger la visite technique, qui est souvent fictive – les bons sont parfois vendus sans contrôles effectifs. Mais les chauffeurs routiers sont très prudents en matière d’assurance. Petit à petit, les citoyens s’adaptent.
Qu’est-ce qui est si compliqué à mettre en place un tel système, à part la santé ?

Qu’étudient les chargés d’études des administrations compétentes, s’il ne s’agit pas de problèmes d’actualité pour apporter des solutions opérationnelles ?
Monsieur le Ministre de la Santé, qui a souvent été proactif, le Délégué Régional à la Santé du Littoral et le Département du Wouri sont-ils au courant du cas de cette jeune femme ?

Allons-nous le contrer avec le faux argument « qui l’a envoyé en premier » ? A quel niveau se situe cette certitude dont on parle depuis des lustres ? Ce n’est pas magique, non ! Aborder les problèmes prioritaires des citoyens n’est pas sorcier. Il faut juste un peu de patriotisme. Plus embarrassant, lorsqu’un citoyen lamda bien inspiré décide de créer une caisse d’assurance maladie pour faciliter la prise en charge des jeunes mères et des patients en général, il n’en obtient pas l’autorisation sous prétexte que l’État le fera.

Seuls les Gouverneurs semblent trop occupés à se neutraliser juste pour faire en sorte que l’incompétence soit largement partagée, au grand dam de la population.
Dans l’assurance maladie, les citoyens paient également au prorata de leurs revenus. Pour les plus démunis, gouvernement visionnaire et cohésif dans son action, elle déniche des modes de financement alternatifs. Rien ne justifie que notre pays soit toujours là en 2021. Une femme qui vient d’accoucher est déjà vulnérable, si elle a également eu une césarienne, elle est malade et a besoin de soins. Le milieu hospitalier est tellement odieux compte tenu de la qualité des soins et des germes errants qu’il n’a qu’une envie, en sortir.

Si elle reste là-bas, que son bébé elle-même est hospitalisée, cela signifie simplement qu’elle n’a pas les moyens de payer. À cet égard, un État qui protège est différent d’un État qui abandonne son peuple. Je vais me renseigner sur la situation et si la demoiselle et le bébé sont toujours enfermés dans cet hôpital je n’hésiterai pas à lancer une petite mobilisation pour payer la facture. Mais ce n’est qu’un micro correctif, sachant qu’on ne peut pas intervenir efficacement à chaque fois, donc ces cas sont récurrents.
Mais la société civile devrait se saisir de la question de l’assurance-maladie en général et les associations de femmes devraient se pencher sur l’assurance-maladie maternelle.

Ils ont le pouvoir et les budgets, le moins que puissent faire les citoyens est de leur rappeler qu’un décret contient non seulement l’article 2, mais qu’il y a aussi des missions.
Enfin, demain je publierai ce que prévoit le projet social du PCRN pour faciliter la prise en charge dans les hôpitaux, dans l’espoir que ceux qui nous gouvernent plagient cette offre politique et facilitent la vie des citoyens.
Courage au jeune couple, que le Seigneur veille sur le bébé.
Merci à Canal 2 pour ce reportage.

#Patients #piégés #dans #les #hôpitaux #camerounais #colère #dAnne #Feconde

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.