Procès contre des militants du MRC : furieux, des avocats dénoncent un procès truqué

0

Depuis le 9 septembre, des avocats ont renoncé à défendre les 125 militants du Mouvement de la Renaissance camerounaise (MRC) qui étaient détenus dans les prisons de Bafoussam, Douala, Yaoundé et Mfou, après les manifestations de septembre 2020, accusant les juges de « subordonné au pouvoir » . Le procureur, Jean Paulin Menyenga, estime que les avocats font preuve de « mauvaise foi », « car les juges n’appliquent que la loi ».

Ketcha Rodrigue, Nana Collins, Tchakam Nehemandji Derrick, Mbayo Eric Une soixantaine de militants du Mouvement de la Renaissance camerounaise (MRC) sont détenus à la prison centrale de Douala. Ils ont été arrêtés à Douala en septembre 2020 lors de la marche blanche organisée par le président du parti Maurice Kamto pour protester contre les résultats de l’élection présidentielle. Après leur interpellation, ils ont été jetés dans les cellules des brigades de gendarmerie et des commissariats de la ville.

Détention policière illégale à Douala

Chedjou Charlie Aimé, Talla Kanté et bien d’autres qui étaient incarcérés à la prison centrale de Douala se souviennent d’avoir été arrêtés dans le quartier Deido. Ils ont été placés en garde à vue avec une dizaine d’autres militants, dont 10 ou 20 entassés dans de petites cellules. Ils ont attendu sept à dix jours avant d’être traduits en justice, subissant des interrogatoires, parfois musclés, sans aucune pause.

« La soixantaine de militants arrêtés à Douala ont subi le même sort. L’article 119 du code de procédure pénale précise que la durée de la garde à vue est de 48 heures, renouvelable une fois et avec l’approbation du procureur de la République. La loi prévoit que pendant la détention provisoire, le suspect se voit accorder des périodes de repos pendant l’interrogatoire, et cela est indiqué dans le rapport. Non seulement il n’y a pas eu de repos, mais pire encore, les gendarmes ont rédigé un rapport et forcé les militants à le signer sans le lire. Parfois avec des menaces et des intimidations. Une autre violation de la loi était que les visites n’étaient pas autorisées. La loi est claire. Elle dit que la violation des règles de détention de la police invalide la procédure judiciaire, ainsi que le reste de la procédure », confirme Me Kegne, l’avocat des militants.

Il confirme avoir déposé depuis plus d’un an des demandes auprès du tribunal militaire de Douala en annulation des poursuites avec tous les éléments de preuve des irrégularités enregistrées contre les militants lors de la garde à vue, mais aucun juge en habeas corpus l’a répertorié.

« Selon la loi, nous devons les libérer. Pire encore, lorsque ces 60 militants ont été emmenés à la prison centrale de Douala, où ils se trouvent actuellement, ils ont passé plus de 6 mois sans être entendus par un juge. Nous avons déposé plus de 20 audiences d’habeas corpus pour demander leur libération, nous ne savons pas ce qu’ils font là-bas, mais le juge a toujours rejeté notre demande sans raison », poursuit Me Kegne. Après avoir constaté que « la justice est sur ordre des gouvernants », tous les avocats ont décidé de ne plus défendre les militants de Mrc. Ils ont sorti leurs robes le 9 septembre.

Même scénario à Yaoundé

Les militants Tsi Tchia Napoléon et Ngahante Ntoukam Vidal arrêtés à la Poste centrale de Yaoundé sont ceux qui ont passé le plus de temps en garde à vue : 58 jours dans les cellules de la Direction régionale de la police judiciaire de Yaoundé. D’autres responsables du parti comme Alain Fogue Tedom, proche de Maurice Kamto, également arrêté au domicile de Kamto à Yaoundé, ont été détenus pendant 43 jours par le secrétaire d’État à la Défense (Sed).

Pendant ce temps, Bibou Nissack Olivier, le porte-parole de Maurice Kamto, ainsi que son compagnon Sibiap Modje Pierre Emma, ​​ont été détenus pendant 42 jours par la direction régionale de la police judiciaire, avant que tous ne soient déférés à la prison centrale de Yaoundé, et à la prison de Kondengui où ils se trouvent avec 51 autres manifestants.

Leur avocat, Me Emmanuel Simh, confirme que lors des audiences de Bafoussam et de Yaoundé, il a déposé une vingtaine de recours en justice pour dénoncer la violation des conventions internationales sur la détermination de la peine. De plus, selon les lois internationales ratifiées par notre pays, il n’est pas normal que les militants soient poursuivis devant un tribunal militaire pour des délits liés à des crimes civils. Donc, dès le départ, nous avons déclaré que le tribunal militaire n’avait pas compétence pour juger ces militants », confirme M. Simh.

Pour lui, il n’y a « pas de démocratie sans justice impartiale et indépendante. On voit que la justice est subordonnée au pouvoir. Nous refusons les épreuves où nous ne serons que des guides.

Le procureur de la République recadre les avocats

Contrairement au point de vue des avocats, Jean Paulin Menyenga, procureur de la région de l’Est, tente d’expliquer le fonctionnement de la police : « Si on entend le suspect sans lui rappeler ses droits, il a le droit de garder le silence ou de être assisté d’un conseil. S’il n’est pas informé de ces droits, son audience sera annulée. Nous l’écarterons du procès. Ce ne sont pas tous les actes qui invalident toute la procédure Car l’enquête préliminaire porte sur des faits isolés, les charges qui le procureur prépare sont un peu rares à assister à une nullité en cascade comme on dit à moins que l’interrogatoire n’ait été mené par quelqu’un qui n’est pas procureur.Par exemple, un employé de la police judiciaire n’a pas la capacité de mener des enquêtes et des auditions. avoir le droit de faire la police ordonner la garde à vue ou entendre des témoins… sauf avec l’aide d’un PB. « 

Concernant les longues périodes de détention dénoncées par les avocats des militants de Mrc, le procureur rappelle : « Lorsque des personnes violent les décisions d’une autorité administrative, les autorités administratives ont des périodes de détention administrative plus longues. L’accusé, comme ces militants de Mrc, peut d’abord instituer une tutelle légale qui dure 8 jours. Si l’enquête n’est pas terminée, les autorités administratives peuvent ordonner la détention provisoire. Parce qu’ils ont violé l’interdiction d’un organe directeur. Le préfet dispose pour cela de 7 jours prorogeables. Vous pouvez même vous rendre à Minat qui est encore plus long. Donc, si vous additionnez, les gardes deviennent grands. Parfois, il s’agit d’un accord entre les autorités judiciaires et les autorités administratives. Et toutes ces arrestations policières sont basées sur la loi.

Procès de civils devant le tribunal militaire

Concernant le traitement de ces dossiers devant un tribunal militaire, le procureur Menyenga précise : « Dans la loi régissant la justice militaire, il n’est mentionné nulle part que seuls les militaires doivent être jugés par cette juridiction. Il y a de véritables infractions au service et il y a des infractions criminelles qui sont jugées par un tribunal militaire. Si un civil est trouvé avec des armes militaires, il s’agit d’un crime purement militaire. Nous ne regardons pas si la personne qui commet le crime est militaire ou non. Ceci s’applique aux marches blanches. Elles ont été menées en violation de la loi antiterroriste, qui relève de la compétence du tribunal militaire. »

« Les militants du MRC seront toujours jugés »

« C’est un peu embarrassant pour les avocats. Parce que nous sentons qu’ils sont coincés dans des questions politico-juridiques. Et ce n’est pas bon. S’ils laissent tomber la robe. Chacun est libre d’avoir recours à un avocat ou non. S’il n’y a pas d’avocat, le procès aura lieu de toute façon », poursuit le procureur Menyenga. « J’ai eu une situation similaire à Bonanjo avec Me Sikati qui a rejoint Mrc. Il a perturbé mon audition et a décidé que l’affaire ne devait pas être acceptée. Je lui ai dit qu’il n’était pas celui avec la police dans la salle d’audience et que la cour pense que cette affaire devrait être entendue. Il a commencé à s’immiscer, j’ai dit au procureur d’inclure les allégations pour délit de trouble à l’audience. L’avocat a pris ses affaires et a laissé ses clients. La procédure s’est poursuivie et ses clients ont été condamnés. C’est pour vous dire que les militants de Mrc seront jugés. Si les avocats disent qu’ils ne les défendent plus, cela ne paralyse pas le tribunal. On va demander aux militants s’ils veulent d’autres avocats ? S’ils s’en tiennent à cela, nous faisons une référence solide pour la présence de ces conseils. S’il n’y en a pas, nous évaluerons les militants. Ils n’auront que les moyens de faire appel ».

Incompréhension de la libération par l’habeas corpus

Selon le procureur, les avocats de Mrc ne peuvent pas dire qu’ils ont demandé une libération immédiate et que les juges s’y opposent. « Quand on dit habeas corpus, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que quelqu’un est en prison sans mandat, ou que le mandat est expiré. Par exemple, le mandat du juge d’instruction. Ça donne un mandat de 6 mois. Et s’il ne renouvelle pas après 6 mois, nous devons libérer l’accusé. Parce qu’il n’y a pas de document de détention. Dans l’enquête, le juge a le droit de détenir quelqu’un pendant 18 mois. De plus, s’il n’a pas terminé son enquête judiciaire, il ne peut plus garder une personne en prison.

Puisque je suis maintenant procureur, lors de mes contrôles dans les prisons, si le juge d’instruction n’a pas renouvelé son mandat, j’ai immédiatement libéré la personne. Le juge dispose de 18 mois pour sa détention provisoire. S’il ne peut renvoyer l’accusé devant un tribunal après 18 mois, il devrait être libéré de prison. Et si cette personne porte plainte, le juge sera sévèrement puni pour détention non autorisée.

En revanche, si le juge met fin à son enquête judiciaire dans les 18 mois et renvoie la personne devant le tribunal, elle restera en prison jusqu’à ce qu’elle soit jugée. Puisqu’il n’y a plus de délai. C’est ce qu’on appelle la détention provisoire. C’est le juge qui doit tenir compte du fait qu’une personne en prison doit être entendue. Tout dépend de l’état de l’affaire. Et quand on condamne, on calcule le temps de garde à vue de l’accusé. Ce sont des détails que les avocats des militants de Mrc oublient », conclut le procureur de la République.

Cela ne doit pas faire oublier que l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques stipule que « Toute personne arrêtée ou détenue pour une infraction pénale doit être traduite devant un juge ou un juge dans les plus brefs délais. jugé dans un délai raisonnable ou être libéré ».

#Procès #contre #des #militants #MRC #furieux #des #avocats #dénoncent #procès #truqué

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire