Qui était Dakole Daïssala, l’homme qui était accusé de vouloir ‘tuer’ Paul Biya par un coup d’État

0

Dakolé Daïssala est décédé mardi des suites d’une longue maladie.

Né le 15 avril 1943, le sénateur est un homme politique camerounais et président du Mouvement pour la défense de la République (MDR), un parti politique basé dans l’extrême nord du Cameroun. Il a été ministre des Postes et Télécommunications dans le gouvernement de Paul Biya de 1992 à 1997.

Il a ensuite été député à l’Assemblée nationale de 1997 à 2002, puis ministre des Transports de 2004 à 2007. Il est membre du Sénat depuis 2013.

En 1967, il devient le premier sous-préfet de Ngaoundéré ; puis il est de 1969 à 1970 directeur général adjoint au Trésor et de 1970 à 1973 directeur des transports. Il a ensuite été directeur général adjoint de la Société de Transports Urbains du Cameroun (SOTUC) de 1973 à 1975. directeur général de la SOTUC de 1975 à 1984.

Il avait tenté d’éliminer Paul Biya lors d’un coup d’État manqué et avait été arrêté. C’était en 1984.

C’est pourquoi Daïssala a été arrêté après la tentative de coup d’État manquée contre le président Paul Biya en avril 1984. Il avait passé sept ans en prison sans jamais être jugé ni même inculpé. Il a finalement été libéré en 1991, puis a écrit un livre sur ses expériences en prison intitulé Free Behind Bars.

Après sa libération, il fonde le parti d’opposition Mouvement de défense de la République (MDR). Certains ont suggéré que le parti a en fait été créé par les autorités pour diluer l’opposition. Le MDR a remporté six sièges, tous dans la province de l’Extrême-Nord, lors des élections générales de l’Assemblée nationale de mars 1992, puis s’est allié au parti RDPC. Les deux partis représentaient ainsi une étroite majorité parlementaire avec 94 sièges sur 180. Daïssala est nommé au gouvernement le 9 avril 1992 comme ministre des Postes et Télécommunications ; quatre autres membres du MDR ont reçu des postes gouvernementaux en même temps.

Daïssala a soutenu le président Paul Biya lors des élections présidentielles d’octobre 2004 et a ensuite été nommé ministre des Transports dans le gouvernement nommé le 8 décembre 2004 après sept ans sans gouvernement. En tant que ministre des Transports, Daïssala a signé un accord avec Jendayi Frazer, sous-secrétaire américain aux Affaires africaines, le 16 février 2006, autorisant les voyages aériens entre les deux pays sans restriction.

Daïssala a de nouveau participé aux élections générales de juillet 2007. Le MDR n’a remporté aucun siège à l’Assemblée nationale lors des élections de 2007 et Daïssala a perdu dans la circonscription du Mayo-Kani Sud avec 48,67% des voix contre 51,33% pour la liste RDPC . Bien que Daïssala ait accepté de rester au gouvernement, il a été expulsé du gouvernement nommé le 7 septembre 2007 malgré sa défaite électorale et son incapacité à se rendre sur le site du crash a été critiquée.

ref: cameroonweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire