Scandale des mœurs lâches à Eoudi : Des têtes vont rouler vers l’ouverture d’une enquête

0

• Ce scandale n’honore pas l’image du pays

• La FDC demande une enquête

• Quand cela deviendra réalité, des têtes tomberont

Depuis le début de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies Cameroun 2021, la présidence de la république est secouée par une affaire de promiscuité impliquant le recrutement de femmes se disant influenceuses, qui ont été transférées en classe affaires, logées et nourries aux frais de la contribuable.

Ils s’appellent Zomo Bem Aline Marie Christine, Biakmen Laure Patricia et Bilo’o Efoua Elisabeth. Selon une note du directeur du cabinet civil de la présidence de la République, adressée au SGPR, ces trois femmes malheureusement célèbres pour leurs multiples scandales sexuels sont invitées au Cameroun en « mission spéciale » du 6 au 10 janvier. Février.

Une fois arrivés à Yaoundé, ils sont hébergés au prestigieux hôtel Mont Febe. Ils ont enchaîné les scandales en tenant des propos vulgaires sur le président de la république et son épouse. « Je suis la putain de Paul Biya », clame l’un d’eux. Pour le ministre-adjoint du ministre de la justice Jean de Dieu Momo, le document qui circule sur les réseaux sociaux est faux. Samuel Mvondo Ayolo serait victime d’une cabale.

Depuis le scandale et leur expulsion, des voix se sont élevées pour faire la lumière sur ce scandale qui ternit l’image du Cameroun. C’est le cas de la FDC réclamant une enquête et des sanctions exemplaires

COMMUNIQUÉ DE PRESSE:

Trop de scandale d’Etat : le FDC réclame une enquête et des sanctions exemplaires*
Le FDC, comme tous les Camerounais, s’est indigné de constater que dans le cadre des préparatifs et de l’ouverture de la CAN 21 au Cameroun, le gouvernement avait eu recours à « des influenceurs de toutes sortes, y compris des dames aux mœurs notoires, depuis la diaspora en France notamment .

La FDC se demande quel est le contenu sémantique et même la charge paradigmatique de ce mot « Influenceurs » dans le contexte camerounais et celui de l’organisation de cette CAN 2021 en particulier ? Quels ont été leurs rôles et contribution à la CAN2021 ? Sur quels critères les choix se sont-ils faits pour ces célèbres influenceurs ? Quels CV réclament la plupart des autres influenceurs recrutés ici et là aux dépens des contribuables camerounais ?

Quel est leur impact sur la jeunesse camerounaise ? Quels sont les résultats obtenus par ailleurs par ces influenceurs en prétendant venir profiter d’eux en cette période de Festival Africain du Football au Cameroun ? Et enfin, quelle image voulons-nous projeter auprès de la société en général et des jeunes en particulier ?
Compte tenu de la gravité de ce scandale d’État et de l’utilisation des fonds publics à des fins non conventionnelles et qui n’honore pas les coutumes et les valeurs de la République exemplaire que nous recherchons depuis des décennies sous ce curieux régime de renouveau qui dit une chose et le fait l’inverse en termes de rigueur et de moralisation.

Le FDC demande avec force l’ouverture d’une enquête judiciaire et administrative pour s’acquitter de ses responsabilités et tirer toutes les conséquences de ce scandale de surestimation. Et surtout que les auteurs de ces dérives étatiques soient sanctionnés de manière exemplaire afin de sauver l’image et l’honneur de la République.
Le président national du FDC
conseiller
Denis Emilien Atangana

Chantal Biya en colère

Deux des trois prostituées invitées par la présidence de la république en « mission spéciale » lors de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations ont été expulsées de leur hôtel manu militari mardi et déposées dans la nuit en France le même jour. Il s’agit de Zomo Bem Aline Marie Christine et de Bilo’o Éfoua Elisabeth. Contrairement aux informations expliquant leur malheur par leur activité de prostitution, une source introduite au palais présidentiel est plus susceptible de provoquer l’ire de la Première Dame Chantal Biya.

Zomo Bem Aline Marie Christine et Bilo’o Éfoua Elisabeth ne devraient en effet plus être présentés dans la blogosphère camerounaise. Plongées dans d’innombrables scandales sexuels, ces femmes à la promiscuité ont toujours prétendu publiquement être des prostituées. Les nus de Zomo Bem Aline abondent sur internet. Il est donc au courant que le directeur du cabinet civil de la présidence de la République les a invités (tous frais payés) au Cameroun.

Ce qui a irrité la première dame, c’est le lien risqué que ces dames tentaient d’établir entre elles et l’épouse du président de la République. Chantal Biya n’a pas aimé que ces femmes prétendent être son petit ami dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Par exemple, elle a donné des instructions pour écourter leur séjour au Cameroun.

« Le rouleau compresseur contre Zomo Bem Aline Marie Christine et Bilo’o Éfoua Elisabeth a vraiment démarré quand, dans un enregistrement vidéo sur le Mont Fébé lundi, elle a vu la première dame, Chantal Biya, et l’épouse du patron de la SNH, Nathalie Moudiki, ils se sont présentés comme leurs amis », rapporte le journaliste et lanceur d’alerte Boris Bertolt. Le départ précoce de ces prostituées a diminué l’appétit des ministres de Biya à qui elles avaient promis des séances de sexe torrides en Mondovision.

CameroonWeb vous propose tout le film de la chasse aux prostituées de la présidence raconté par Boris Bortolt

Paul Biya a instruit hier que les deux maisons closes sur les trois à mission spéciale au Cameroun : Zomo Bem Aline Marie Christine et Bilo’o Éfoua Elisabeth, qui étaient gracieusement logées sur le dos du contribuable sur le Mont Febe, soient immédiatement expulsées du Mont Febe.

Cette éviction intervient après la révélation jeudi dernier du scandale et un tollé dans l’opinion publique mais aussi au sein du sérail ; surtout la famille présidentielle.

Le rouleau compresseur contre Zomo Bem Aline Marie Christine et Bilo’o Éfoua Elisabeth a vraiment démarré lorsque, dans un enregistrement vidéo sur le Mont Fébé lundi, elle a vu la première dame, Chantal Biya, et l’épouse du patron de la SNH, Nathalie Moudiki , ont cité ceux qu’ils ont suggérés comme leurs amis.

Notifiée lundi soir, la décision a été prise mardi soir en fin de journée de les expulser du Mont Febe. Car même des proches de Mvondo Ayolo n’ont pas manqué de lui faire savoir que la présence de ces bordels nuisait à l’image de la CAN 2021.

Des places leur ont été immédiatement trouvées sur le vol Air France de 23 heures vers Paris. Sur la note de mission spéciale signée le 15 décembre 2021, leur retour était prévu pour le 10 février 2022.

Biakmen Mbiayi Laure Patricia alias Lolo Fondja, discrète et également présente à la mission spéciale, est restée au Cameroun.
Zomo Bem Aline Marie Christine et Bilo’o Éfoua Elisabeth sont arrivés à Paris ce matin avec le reste du « bois connecté ».

#Scandale #des #mœurs #lâches #Eoudi #Des #têtes #vont #rouler #vers #louverture #dune #enquête

Source: CamerounWeb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire