Sérail : « ceux qui ont prédit la prison à Cyrus Ngo’o devront attendre »

0

• Cyrus Ngo’o accusé de détournement de fonds publics

• JeuneAfrique indique que les opposants au PDG du PAD doivent encore attendre sa peine de prison

• Le PDG a révélé qui est derrière ses problèmes juridiques

C’est en substance ce que disait le magazine panafricain JeuneAfrique. Cyrus Ngo’o, le PDG du PAD, s’est retrouvé piégé dans une affaire de détournement de fonds publics, aux conséquences énormes. Son audition au TCS par la magistrate Annie Noëlle Bahounoui Batende le 18 août 2021 préfigurait son arrestation et sa détention à la prison de Kondengui.

L’apparition de Lazare Atou dans cette affaire, les conflits entre Ferdinand Ngoh et Laurent Esso, les accords entre les Israéliens et le SG de la présidence ont ouvert une boîte de Pandore sur la gestion des marchés publics au PAD.

Aujourd’hui, Cyrus Ngo’o n’en a pas encore profité, mais il peut souffler un peu en attendant la fin des conflits entre les positions de pouvoir à Yaoundé. « Ceux qui ont prédit la prison de Cyrus Ngo’o devront attendre. Il est clair que Paul Biya a sifflé la fin du match et a négocié un match nul entre le ministre de la Justice et le secrétaire général de la présidence », précise JeuneAfrique.

Éperviers : Cyrus Ngo’o revient sur son audition au TCS et cite son bourreau

Cyrus Ngo’o apparaît serein après son audience très médiatisée devant le Tribunal pénal spécial (TCS) le 18 août 2021. Le Port autonome de Douala vient de publier un communiqué pour situer l’avis des mésaventures judiciaires de son patron. Tout a commencé par une inculpation pour détournement de fonds par le sieur Atou Lazare, directeur du cabinet Atou. Ce dernier affirme avoir découvert des faits consistant en des détournements de fonds publics dans le port autonome de Douala. La gestion du projet de sécurité du périmètre et le contrôle d’accès du port de Doula/Bonaberi sont remis en cause par le lanceur d’alerte.

Par exemple, le directeur général du port de Douala est accusé d’avoir détourné 53 milliards de francs CFA. Selon la personne concernée, ce n’est pas le cas.

« C’est ici le lieu de souligner que le mécanisme de paiement des déclarations du contrat en question, ainsi que les garanties et cautions exigées de la société PORTSEC SA, sont des clauses contractuelles du MARCHÉ SPÉCIAL, dont le Maître d’Ouvrage (PAD) et le prestataire (PORTSEC SA) sont tenus de s’y conformer, c’est le cas de l’adresse et du numéro de compte bancaire auxquels la société a choisi de se faire payer, et aussi de rappeler que la vérification de la légalité des transactions financières internationales n’est pas la responsabilité du Port Autonome de Douala, mais la compétence des banques, de la BEAC et d’autres institutions dédiées de la zone CEMAC. », explique le Port Autonome de Daoula.

Se débarrasser d’un contrôleur embarrassant

Selon les déclarations du Port autonome de Douala, les allégations de saisie de biens de l’Etat par un particulier seraient à l’origine de ses mésaventures.
« Il est clair que les commanditaires des nombreuses publications qui circulent et le lanceur d’alerte, qui reprocheraient au directeur général du PAD d’avoir condamné pendant des années qu’une grande foncière de l’Etat (EX-ONPC), croit à plusieurs milliards FCFA, basé à Douala, notamment à Bonanjo, Bépanda, etc. détenu et géré par le Sieur ATOU et son cabinet, à des fins personnelles uniquement, s’est précipité sur un sujet sur lequel il n’avait aucun contrôle, avec la seule ambition de M. Cyrus NGO’ O, ainsi que le Port Autonome de Douala », précise le communiqué indiquant que le PDG de PAD est victime d’une accusation diffamatoire

« Malheureusement, ce lanceur d’alerte n’avait aucune information fiable sur le contrat en cours, et encore moins une connaissance des textes, pourtant disponibles, sur le régime des marchés spéciaux au Cameroun ou de l’ordre interne du PAD. L’acte d’accusation contre le directeur général du PAD est donc une somme d’accusations infondées et maladroites. Ce n’est ni plus ni moins qu’une DIRECTION CALOMOUSE. Une infraction légale. Le Port Autonome de Douala se réserve le droit de saisir les tribunaux compétents pour le rétablissement de la vérité », précise le communiqué.

#Sérail #ceux #qui #ont #prédit #prison #Cyrus #Ngoo #devront #attendre

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: