Témoignage de maman Caroline : « Cette histoire de 500f est un mensonge »

1

• La mère de la petite Caroline brise le silence

• Elle nie l’extorsion

• Elle dit qu’elle n’est pas le conducteur de la voiture

Les premières images diffusées après le meurtre de la petite Caroline montraient une foule en colère devant le bureau du gouverneur de la région du Sud-Ouest scandant des commentaires qui impliquent clairement que le petit enfant de 4 ans était décédé à cause de 500 F. Des rumeurs répandues sur diverses plates-formes ont indiqué que le gendarme Achille Mvogo avait poursuivi le véhicule car le chauffeur refusait de lui remettre les fameux 500 F de corruption.

C’est incroyable la mère de la victime. Cette dernière s’est confiée à sa sœur au lendemain du drame. Elle nie formellement l’extorsion alléguée et tient à indiquer au début de sa conversation qu’elle ne conduisait pas le véhicule. « Cette histoire de 500 fcfa est un mensonge et un no bi di me pousse. Après un homme bi di drive. (Cette histoire de 500 francs CFA est un mensonge et ce n’est pas moi qui ai conduit. C’est un homme qui a conduit », raconte-t-elle. Cette version a également été confirmée par sa sœur qui précise que la mère de Caroline, Lizette, ne savait pas comment elle devait conduire. une voiture et n’avait pas de permis de conduire.

Contrairement aux rumeurs condamnant la mère de mettre en danger la vie de ses enfants en refusant d’obéir et de démarrer le véhicule, Lizette n’était pas la conductrice du véhicule.
La sœur de Lizette, Love Nyemb Bassong traduit et résume la version de sa sœur en français

Elle déposerait ses trois enfants à l’école et emprunterait un « clando ». Elle s’assoit sur le siège passager avant à côté du conducteur et met ses trois enfants à l’arrière. Arrivé à un contrôle de police à Molyko, le conducteur est prié de s’arrêter. Il s’exécute. On lui demande ses papiers et il n’en a pas. Il dit à l’homme en uniforme qu’il va déposer la mère et les enfants à l’école et revient. L’homme en uniforme lui a dit de se garer et de sortir. Lui et ma sœur disent au flic que les enfants sont en retard. Le gendarme demande à ma sœur de descendre et de prendre un taxi pour déposer les enfants car il ne peut pas laisser partir cette voiture suspecte.

Le chauffeur demande à la dame de s’asseoir à l’arrière avec ses enfants et invite le gendarme à s’asseoir à l’avant pour marcher avec lui. Chose que ce dernier refuse. Ma sœur a obéi. Elle descend les escaliers et s’installe derrière. Une fois derrière le chauffeur démarre la voiture et le temps qu’elle lui demande « weti you di do ? » (Qu’est-ce que tu fais ?) Et qu’il lui répond « A veux tour » (Je veux tourner), le gendarme a ouvert le feu.

Elle pense que c’est parce qu’elle a trouvé ses autres enfants en train de s’échapper parce qu’elle leur a demandé de se baisser. Sinon, peut-être dans sa détermination à arrêter le véhicule et le conducteur très suspects, il aurait pu tirer plus fort. Selon les informations recueillies, cette voiture serait mise en fourrière à Kumba, toujours après des différends avec la police pour défaut d’immatriculation. Je dois faire attention à certains détails ici.
Ce qu’il faut retenir, c’est que, POUR CE QUE JE SAIS, ma sœur n’est pas Ambozonienne. Elle n’a pas participé à la mort de sa fille. En tout cas, il est certain que ce n’était pas elle qui conduisait. Peut-être qu’elle aurait dû obéir et prendre un taxi comme le flic l’a suggéré, mais vous ne pensez pas toujours qu’une petite hésitation peut être si fatale. Cette fille est une mère (comme beaucoup) qui a eu le malheur d’utiliser le mauvais mode de transport le mauvais jour.

Quant à l’homme en uniforme, j’ai appris à ne pas juger les gens, surtout les défunts. Je laisse cette préoccupation à Dieu en qui je crois. Cependant, ce que je dois préciser, c’est que son supérieur lui aurait demandé par la suite « qu’avez-vous fait ? A quoi il a répondu ‘Je voulais tirer sur les roues.  »

Vrai ou pas, je parie que lorsqu’il a quitté sa maison jeudi matin, il ne pensait pas qu’il allait tuer une fillette de 4 ans. Alors malgré ma douleur pour ma fille, je ne peux pas lui en vouloir. Je ne suis pas content de sa mort, j’en pleure aussi, d’où ma deuxième photo bougie.

#Témoignage #maman #Caroline #Cette #histoire #500f #est #mensonge

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

1 COMMENT

  1. […] — to cameroonmagazine.com […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: