Tribunal : l’affaire Gossip choque l’hôtel Mont Febe

0

Le procès concerne une prétendue accusation contre le directeur général de cette structure par une salariée contre son collègue qui critique la gestion de l’hôtellerie.

Alors que l’hôtel du Mont Febe s’apprête à accueillir les délégations de la Coupe d’Afrique des Nations (Can), une situation désastreuse fait sensation au sein de la structure hôtelière. Il s’agit d’une affaire devant le Tribunal de Première Instance (TPI) de Yaoundé, Mme Bikai Matilde Evelyne, Secrétaire du Service de Recouvrement et de Contrôle, contre Mme Djepain Sandrine Epouse Nembot, la comptable. Le désaccord porte sur une accusation diffamatoire que Mme Bikai impute à Sandrine Nembot. Elle accuse cette dernière d’avoir rapporté de fausses nouvelles au directeur général (DG) de l’hôtel, l’associant notamment par voie médiatique au groupe d’agents critiquant la gestion de l’entreprise.

Le 15 juillet 2021, Mme Bikai Matilde Evelyne expliquait au tribunal qu’à son retour de congé en janvier 2021, elle avait reçu une demande d’explication de la part du directeur général suite aux plaintes de Mme Djepain Sandrine Epouse Nembot. Cette dernière se plaignait que son collègue lui ait adressé des commentaires désobligeants et des menaces. La plaignante déclare également que le comptable l’accuse de l’avoir poussée dans un couloir de l’hôtel. Elle prétend que ces allégations et bien d’autres lui ont valu d’être invitée au conseil de discipline auquel assistaient tous les hauts responsables de l’hôtel. A l’issue de cette audience, elle affirme avoir été condamnée à 6 jours d’acquittement. Face à la décision du conseil de discipline, Mme Bikai explique qu’elle a déposé un recours qui n’a eu aucun effet. Elle conclut ses propos en déclarant que des propos faux et diffamatoires ont été faits à son sujet.

Pour sa défense, Mme Djepain Sandrine, qui rejette dans leur ensemble les charges retenues contre sa personne, reconnaît avoir confisqué le directeur général par correspondance. Elle se plaignait qu’une rumeur circulait au sein de cet hôtel la qualifiant de « traître ». Le bruit courait qu’elle avait remis la plaignante à ses supérieurs. Elle nie avoir menacé sa collègue et l’avoir répertoriée comme membre du collectif du personnel à l’origine des articles de presse critiquant la direction du PDG.

Le représentant du procureur de la République a demandé la libération pure et simple de Mme Djepain Sandrine. Elle pense que cette dernière a confisqué ses dossiers pour assurer sa sécurité et estime que le conseil de discipline a tranché en sa faveur en punissant Mme Bikai. En fin de compte, l’avocat de la défense est allé dans le même sens que le procureur. L’avocat estime qu’il s’agit d’un acte de ragots qui a créé une atmosphère néfaste dans l’hôtel qui est arrivé dans la salle d’audience.

L’avocat du plaignant fait valoir pour sa part qu’une infraction technique a été commise par le plaignant. Il demande que ce dernier soit reconnu coupable de diffamation. Le tribunal veut statuer le 5 août.

#Tribunal #laffaire #Gossip #choque #lhôtel #Mont #Febe

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.