URGENT : les ambazoniens confirment (enfin) la mort du « général sans pitié »

0

• Aucune pitié n’est morte

• L’information est confirmée par la plateforme ambazonienne Baretanews

• L’armée a remporté une victoire sur les séparatistes

L’information, si elle est confirmée par Yaoundé, sera l’une des plus belles victoires de l’armée camerounaise. La plateforme ambazonienne Baretanews, rapportant les propos d’un commandant des Forces de défense ambazoniennes (ADF), annonce la mort du général No Pity. Le redoutable chef de guerre a été tué lors d’affrontements avec l’armée camerounaise à Ndop, une ville de la région du nord-ouest du Cameroun.

« Trois des combattants des ADF ont été tués à Ndop par la LRC. Le commandant de la mission FM No Pity était l’un d’entre eux. D’autres ont été blessés, nous ne pouvons pas partager les photos sur Facebook pour des raisons tactiques. Nous avons besoin d’argent, veuillez faire un don à ADF, la seule force sur GZ, les groupes IG sont occupés à se battre, à mettre en place de fausses stations de télévision Facebook tout en tuant nos garçons sur le terrain zéro, et Fundong est revenu à la normale, regardant la CAN pour célébrer le 4-1 de LRC vaincre l’Éthiopie. J’ai vu la vidéo et je suis très en colère », a déclaré la plateforme.

No Pity a combattu aux côtés d’éléments des ADF pour avoir rejoint la milice à la veille de la nouvelle année. Ce rapprochement des différents seigneurs de guerre sévissant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avait pour but de mieux coordonner les actions et de renforcer la force de frappe sur le terrain.

Ce n’est pas la première fois que la mort de No Pity est annoncée. A chaque fois il refait surface et commet d’autres abus. L’homme aurait mené les opérations qui ont entraîné la mort de 15 militaires camerounais dans des embuscades dans la région du nord-ouest en 2021.

Qui ne se sent pas désolé?

Le général No Pity est un commandant des Groupes armés indépendants anglophones au Cameroun. Il est originaire de la région du Nord-Ouest. Il a étudié au CCAST de Bambili, un lieu au Cameroun, situé dans le District de Tubah, le Département de Mezam et la Région du Nord-Ouest. Il est connu comme un redoutable guerrier et défenseur de la cause ambazonienne. Il aurait maltraité les soldats du BIR sur plusieurs fronts. L’armée chercha en vain tous les moyens de le capturer. La mort de ce combattant acharné a été annoncée à plusieurs reprises par les militaires puis démentie par l’intéressé.
« D’après certaines publications, la vidéo qui circule sur internet depuis environ 1 heure est celle du cadavre du Général AMBAZONIEN NO PITY. Le soldat 2 PAC a finalement eu le dernier mot sur son ancien rival NO PITY et certains de ses garçons J’attends la confirmation du côté ambazonien et je crains que la réponse ne tarde pas si c’est la dernière attaque de NO PITY après l’expiration de l’ultimatum c’était hier. une entreprise FRANCE-AFRICAINE basée en AMBAZONIE. Nous sommes en guerre et cela se passe dans la famille. Abim tè! », a déclaré la militante Zona Coker.
A noter que ce n’est pas la première fois que des sources sécuritaires révèlent la mort du général No Pity. En mars 2020, une rumeur sur sa mort avait également circulé sur internet. Le général No Pity, commandant du Groupe armé indépendant anglophone, n’a pas été touché, mais ses combattants ont été tués dans les combats.

Récemment, en juin 2021, il a échappé à la mort lors de l’opération « Clean Kumbo » dirigée par le général de brigade Nka Valère, commandant de la 5e région militaire interarmées, le colonel Matiang Charles Alain. Ils ont annoncé la mort de « généraux » ambazoniens, dont « Thunder », « Abakwa » et « Spider ». Pas de regrets n’était pas sur la liste mais il est blessé. Le chef des forces de marine de Bambalang du Conseil d’autodéfense de Ngoketundja s’en est sorti indemne.

Les forces armées camerounaises n’ont pu mettre la main sur lui et ont décidé de prendre en otage la famille du général No Pity. Le 3 août 2021, cette dernière a lancé un ultimatum à l’armée camerounaise. « S’il leur arrive quelque chose, j’envahirai les régions francophones et ciblerai les civils. Je donne aux forces de l’État 48 heures pour les libérer, sinon ils verront mon autre côté. Ma mère, mon père, mes oncles » Mes les tantes ne m’ont pas envoyé combattre… C’est ma décision personnelle. Je vais faire des ravages.  » Le seigneur de guerre a appelé « , menace-t-il.

#URGENT #les #ambazoniens #confirment #enfin #mort #général #sans #pitié

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: