Voici comment Zelensky salue la « bonne nouvelle » de la reprise des colonies à la Russie

0

Le président ukrainien Zelenskyy dit qu’il a de « bonnes nouvelles » et a déclaré qu’il avait repris plusieurs colonies de Russie.

Des rumeurs d’une éventuelle percée dans la région orientale de Kharkiv circulent depuis plusieurs jours, mais les responsables ukrainiens n’ont rien dit.

M. Zelensky refuse de citer les endroits qui avaient été repris, déclarant que « ce n’est pas le moment de les nommer ».

Par ailleurs, des responsables américains ont déclaré que l’Ukraine faisait des « progrès lents mais significatifs » contre les forces russes.

Dans son discours vidéo nocturne aux Ukrainiens, le président Zelenskyy a déclaré qu’il y avait de « bonnes nouvelles » concernant le prétendu succès des troupes ukrainiennes.

« Je pense que chaque citoyen est fier de nos soldats », dit-il, en nommant des unités militaires spécifiques et en applaudissant leur bravoure au combat.

« Ce n’est pas le moment de nommer les colonies sur lesquelles le drapeau ukrainien revient », ajoute Zelensky.

L’Ukraine a renforcé sa sécurité opérationnelle ces dernières semaines, partageant peu de détails sur une contre-offensive largement attendue à l’est et au sud.

Les soldats ukrainiens ont lancé une offensive au sud-est de Kharkiv vers la région orientale de Donetsk, sur laquelle la Russie exerce un contrôle militaire important depuis le début de la guerre il y a six mois.

Certains rapports indiquent que les forces ukrainiennes se trouvent à moins de 10 kilomètres de la ville d’Izyum, un maillon vital de la chaîne d’approvisionnement militaire russe.

Lors d’un événement aux États-Unis, Colin Kahl, le sous-secrétaire à la politique de défense, a indiqué que les forces ukrainiennes font mieux que les troupes russes dans certains domaines.
« Ce sont les premiers jours. Je pense que les Ukrainiens font des progrès lents mais significatifs. Et nous verrons comment les choses se déroulent », a-t-il déclaré, cité par l’agence de presse Reuters.

« Mais je pense certainement que les choses vont mieux du côté ukrainien en ce moment dans le sud que du côté russe ».

La situation reste toutefois tendue.

Dans sa mise à jour nocturne, l’état-major ukrainien a déclaré mercredi avoir « repoussé toutes les attaques russes »

dans les régions de Kharkiv et de Donetsk – mais les deux parties ont continué à échanger des tirs d’artillerie et des frappes aériennes, endommageant une douzaine d’endroits différents.

Le président Zelensky a également déclaré mercredi que le budget de l’État ukrainien pour l’année prochaine serait celui d’un pays en guerre, avec plus d’un billion de hryvnia (27 milliards de dollars ; 23,5 milliards de livres sterling) consacré à la défense.

Mais il a promis que les principaux avantages sociaux tels que les retraites seraient conservés.

Cependant, « il est nécessaire de réduire autant que possible toutes les dépenses non critiques », a-t-il averti – « tout ce qui ne contribue pas à la défense, ne contribue pas au développement économique du pays, à la fourniture sociale et culturelle de notre peuple ».

Pendant ce temps, des observateurs américains et onusiens ont exprimé leur inquiétude quant au sort des civils en Ukraine alors que la guerre fait rage.

Un haut responsable des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que l’organisation était préoccupée par le déplacement de personnes en Ukraine – et le sort des enfants en particulier.

« Il existe des allégations crédibles de transferts forcés d’enfants non accompagnés vers des territoires occupés par la Russie, ou vers la Fédération de Russie elle-même », a averti Ilze Brands Kehris, sous-secrétaire général aux droits de l’homme.

Son agence est préoccupée par le fait que la Russie a créé « une procédure simplifiée »

donner à ces enfants la nationalité russe et éventuellement les faire adopter par des familles russes, explique-t-elle.

De tels voyages violeraient la Convention de Genève, a-t-elle ajouté.

Mercredi également, les États-Unis ont exprimé leur inquiétude face à un déplacement forcé similaire d’Ukrainiens, mais d’adultes.

Le ministère des Affaires étrangères a accusé le Kremlin d’avoir des listes d’Ukrainiens à transférer de force vers des zones du pays sous contrôle russe dans le cadre de soi-disant « opérations de filtrage ».

« Le filtrage est un mot déshumanisant, qui décrit une campagne massive que le Kremlin a lancée pour emprisonner, expulser de force ou faire disparaître les citoyens ukrainiens que Moscou juge être une menace potentielle », explique le porte-parole Vedant Patel.

« Les victimes du filtrage n’ont d’autre choix que de se soumettre ou de faire face à de terribles conséquences ».

Il décrit le système comme une opération à grande échelle et avancée impliquant des technologies telles que la reconnaissance faciale et le suivi téléphonique – et affirme que les États-Unis ont des preuves liant les responsables du Kremlin au projet.

Cependant, l’ambassadeur de Russie auprès des Nations Unies, Vasily Nebenzya, souligne que les Ukrainiens qui se rendent en Russie passent simplement par une procédure d’enregistrement.

ref: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire